Deux rixes ont éclaté "à proximité du camp opposant des migrants africains (Soudanais, Erythréens, Ethiopiens) et afghans", lors desquelles des coups de couteau et de bâton ont été échangés, a rapporté à l'AFP un porte-parole de la préfecture du Pas-de-Calais. Un migrant éthiopien, âgé de 37 ans, est décédé, transpercé au thorax par un coup de couteau. Il s'agit du premier tué au cours d'une rixe depuis la formation au printemps 2015 du bidonville de Calais, surnommé la "Jungle", où s'entassent des milliers de migrants espérant trouver un passage vers l'Angleterre. Environ 4.500 migrants selon les autorités et 7.000 selon les associations vivent dans la "Jungle" de Calais, sur les côtes de la Manche, dans l'espoir de trouver un passage vers la Grande-Bretagne, leur destination finale. (Belga)

Deux rixes ont éclaté "à proximité du camp opposant des migrants africains (Soudanais, Erythréens, Ethiopiens) et afghans", lors desquelles des coups de couteau et de bâton ont été échangés, a rapporté à l'AFP un porte-parole de la préfecture du Pas-de-Calais. Un migrant éthiopien, âgé de 37 ans, est décédé, transpercé au thorax par un coup de couteau. Il s'agit du premier tué au cours d'une rixe depuis la formation au printemps 2015 du bidonville de Calais, surnommé la "Jungle", où s'entassent des milliers de migrants espérant trouver un passage vers l'Angleterre. Environ 4.500 migrants selon les autorités et 7.000 selon les associations vivent dans la "Jungle" de Calais, sur les côtes de la Manche, dans l'espoir de trouver un passage vers la Grande-Bretagne, leur destination finale. (Belga)