La fusillade est survenue en milieu de journée dans le lycée Tocqueville à Grasse. Le président de la région Provence Alpes Côte d'Azur, Christian Estrosi, qui s'est rendu sur place, a précisé sur la radio France Info que l'un des blessés était le proviseur de l'établissement. Le suspect interpellé est un élève de 17 ans de cet établissement scolaire. Il était armé d'un fusil, de deux armes de poing et de deux grenades, a-t-on appris de source policière. Il paraît avoir agi seul, selon cette source. La mairie de Grasse avait dans un premier temps indiqué que "deux élèves" avaient tiré, et laissé entendre que l'un d'eux était toujours en fuite. "Il a été demandé aux autres élèves de rester dans le lycée et de ne pas céder à la panique", a précisé la même source. Le recteur de Nice Emmanuel Ethis a annoncé sur Twitter le confinement de "tous les établissements scolaires" de la ville. Il a aussi demandé "aux parents de ne pas s'y rendre", assurant que "les élèves (sont) en sécurité". Une cellule de crise a été installée et les plans particuliers de mise en sécurité ont été déclenchés, selon lui. Suite à cette fusillade, ainsi qu'à l'explosion d'un colis piégé au siège du Fonds monétaire international (FMI) à Paris, qualifiée d'attentat par François Hollande, le Premier ministre Bernard Cazeneuve a écourté une visite dans le nord de la France. La ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem était elle en route vers Grasse jeudi à la mi-journée. "L'évacuation sécurisée des élèves est quasiment terminée et la procédure de sécurisation" par les forces spéciales du Raid "est en cours", a-t-on ajouté au ministère de l'éducation. (Belga)

La fusillade est survenue en milieu de journée dans le lycée Tocqueville à Grasse. Le président de la région Provence Alpes Côte d'Azur, Christian Estrosi, qui s'est rendu sur place, a précisé sur la radio France Info que l'un des blessés était le proviseur de l'établissement. Le suspect interpellé est un élève de 17 ans de cet établissement scolaire. Il était armé d'un fusil, de deux armes de poing et de deux grenades, a-t-on appris de source policière. Il paraît avoir agi seul, selon cette source. La mairie de Grasse avait dans un premier temps indiqué que "deux élèves" avaient tiré, et laissé entendre que l'un d'eux était toujours en fuite. "Il a été demandé aux autres élèves de rester dans le lycée et de ne pas céder à la panique", a précisé la même source. Le recteur de Nice Emmanuel Ethis a annoncé sur Twitter le confinement de "tous les établissements scolaires" de la ville. Il a aussi demandé "aux parents de ne pas s'y rendre", assurant que "les élèves (sont) en sécurité". Une cellule de crise a été installée et les plans particuliers de mise en sécurité ont été déclenchés, selon lui. Suite à cette fusillade, ainsi qu'à l'explosion d'un colis piégé au siège du Fonds monétaire international (FMI) à Paris, qualifiée d'attentat par François Hollande, le Premier ministre Bernard Cazeneuve a écourté une visite dans le nord de la France. La ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem était elle en route vers Grasse jeudi à la mi-journée. "L'évacuation sécurisée des élèves est quasiment terminée et la procédure de sécurisation" par les forces spéciales du Raid "est en cours", a-t-on ajouté au ministère de l'éducation. (Belga)