L'hebdomadaire satirique français révèle dans son édition de mercredi que M. Moscovici s'est "fait offrir des costards" de luxe de la maison Arnys à une époque "antérieure à 2012", où "la déclaration de ces largesses n'était pas obligatoire pour les parlementaires". Arnys est le même tailleur parisien que celui de François Fillon, le candidat Les Républicains à la présidentielle. Toujours selon le Canard Enchaîné, les enquêteurs ont retrouvé la trace de ces cadeaux lors de perquisitions menées les 15 et 16 mars chez ce tailleur, dans le cadre de l'enquête pour trafic d'influence qui vise M. Fillon, à qui l'avocat proche des milieux de droite Robert Bourgi, figure de la "Françafrique", a offert pour 13.000 euros de costumes de luxe. François Fillon est également mis en examen pour détournement de fonds publics, recel et complicité d'abus de biens sociaux. "Il m'est effectivement arrivé dans le passé de recevoir des costumes en cadeau de la part de Laurent Max", un "ami d'enfance", a réagi mercredi M. Moscovici, précisant qu'il s'agissait "de vrais cadeaux entre vrais amis". "Il n'a jamais existé aucun lien entre ses activités professionnelles et mes fonctions politiques", a-t-il ajouté. (Belga)

L'hebdomadaire satirique français révèle dans son édition de mercredi que M. Moscovici s'est "fait offrir des costards" de luxe de la maison Arnys à une époque "antérieure à 2012", où "la déclaration de ces largesses n'était pas obligatoire pour les parlementaires". Arnys est le même tailleur parisien que celui de François Fillon, le candidat Les Républicains à la présidentielle. Toujours selon le Canard Enchaîné, les enquêteurs ont retrouvé la trace de ces cadeaux lors de perquisitions menées les 15 et 16 mars chez ce tailleur, dans le cadre de l'enquête pour trafic d'influence qui vise M. Fillon, à qui l'avocat proche des milieux de droite Robert Bourgi, figure de la "Françafrique", a offert pour 13.000 euros de costumes de luxe. François Fillon est également mis en examen pour détournement de fonds publics, recel et complicité d'abus de biens sociaux. "Il m'est effectivement arrivé dans le passé de recevoir des costumes en cadeau de la part de Laurent Max", un "ami d'enfance", a réagi mercredi M. Moscovici, précisant qu'il s'agissait "de vrais cadeaux entre vrais amis". "Il n'a jamais existé aucun lien entre ses activités professionnelles et mes fonctions politiques", a-t-il ajouté. (Belga)