"Il faut jouer collectif et je vais m'organiser avec tous les gens qui veulent m'aider - et ils sont assez nombreux - pour prendre ma part dans le débat politique", a affirmé M. Barnier au quotidien La Croix mis en ligne jeudi. Membre du parti de droite Les Républicains (LR), Michel Barnier, 70 ans, ancien ministre (notamment à l'Agriculture et aux Affaires étrangères) des présidents Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy et ex-commissaire européen, a estimé qu'il fallait "un centre droit rassemblé et solide en France, pour l'équilibre du pays". L'idée d'un retour sur la scène politique française de M. Barnier, à qui le dossier du Brexit a offert une seconde jeunesse, en relevant le défi de mener le bras de fer avec Londres et de maintenir les Européens unis, a surgi il y a quelques semaines. "Je vais m'organiser pour avoir les moyens de travailler, avec une petite équipe", a expliqué Michel Barnier. La crise du Covid, qui provoque "beaucoup de souffrances" et "aggrave les injustices", aura selon lui "évidemment des conséquences politiques". Mais M. Barnier a mis en garde contre les "polémiques inutiles" estimant qu'"il faut être juste avec le pouvoir actuel". "Le risque pour le pays d'être fracturé n'a jamais été aussi grave" et "c'est une des raisons pour lesquelles je souhaite prendre ma part dans ce débat public", a-t-il ajouté. (Belga)

"Il faut jouer collectif et je vais m'organiser avec tous les gens qui veulent m'aider - et ils sont assez nombreux - pour prendre ma part dans le débat politique", a affirmé M. Barnier au quotidien La Croix mis en ligne jeudi. Membre du parti de droite Les Républicains (LR), Michel Barnier, 70 ans, ancien ministre (notamment à l'Agriculture et aux Affaires étrangères) des présidents Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy et ex-commissaire européen, a estimé qu'il fallait "un centre droit rassemblé et solide en France, pour l'équilibre du pays". L'idée d'un retour sur la scène politique française de M. Barnier, à qui le dossier du Brexit a offert une seconde jeunesse, en relevant le défi de mener le bras de fer avec Londres et de maintenir les Européens unis, a surgi il y a quelques semaines. "Je vais m'organiser pour avoir les moyens de travailler, avec une petite équipe", a expliqué Michel Barnier. La crise du Covid, qui provoque "beaucoup de souffrances" et "aggrave les injustices", aura selon lui "évidemment des conséquences politiques". Mais M. Barnier a mis en garde contre les "polémiques inutiles" estimant qu'"il faut être juste avec le pouvoir actuel". "Le risque pour le pays d'être fracturé n'a jamais été aussi grave" et "c'est une des raisons pour lesquelles je souhaite prendre ma part dans ce débat public", a-t-il ajouté. (Belga)