"Il faut tenir encore quelques semaines, quatre à six semaines", a affirmé le chef de l'Etat sans plus de précision lors d'une visite en région parisienne. Il répondait à un jeune qui demandait que le couvre-feu soit repoussé de 18h00 à 19h00. La présidence française a ensuite précisé que cette phrase se référait à la progression de la vaccination des plus âgés, qui permettra d'éclaircir l'horizon en allégeant la pression hospitalière, mais sans préjuger d'éventuelles restrictions sanitaires. Le Premier ministre Jean Castex a annoncé qu'à la mi-mai, "la totalité des personnes de plus de 50 ans se seront vu proposer une première injection" contre le Covid-19. Pour l'heure, seuls près de trois millions de personnes ont reçu au moins une dose, dont 1,561 million deux doses. La France, confrontée à une reprise épidémique soutenue, entame une semaine charnière dans la lutte contre le Covid-19. Le gouvernement, qui tente d'éviter un troisième confinement généralisé, compte notamment sur des mesures territorialisées pour contenir la diffusion du virus. Des concertations ont par ailleurs eu lieu lundi entre représentants de l'Etat et élus locaux de vingt départements, notamment en région parisienne et autour des grandes métropoles (Lyon, Marseille, Lille) qui craignent une nouvelle explosion des contaminations avec la propagation des variants. Des confinements locaux le week-end, comme sur une partie du littoral méditerranéen et à Dunkerque (Nord), pourraient être ordonnés à l'issue de ces consultations. Dimanche, à Paris, 3.600 policiers et gendarmes ont tenté de réguler l'affluence sur les quais de Seine bondés en cette journée ensoleillée. Le Covid-19 a fait 86.454 morts en France depuis le début de la pandémie. Près de 3.500 personnes atteintes du coronavirus étaient soignées dimanche dans les services de réanimation, un indicateur en lente progression. (Belga)

"Il faut tenir encore quelques semaines, quatre à six semaines", a affirmé le chef de l'Etat sans plus de précision lors d'une visite en région parisienne. Il répondait à un jeune qui demandait que le couvre-feu soit repoussé de 18h00 à 19h00. La présidence française a ensuite précisé que cette phrase se référait à la progression de la vaccination des plus âgés, qui permettra d'éclaircir l'horizon en allégeant la pression hospitalière, mais sans préjuger d'éventuelles restrictions sanitaires. Le Premier ministre Jean Castex a annoncé qu'à la mi-mai, "la totalité des personnes de plus de 50 ans se seront vu proposer une première injection" contre le Covid-19. Pour l'heure, seuls près de trois millions de personnes ont reçu au moins une dose, dont 1,561 million deux doses. La France, confrontée à une reprise épidémique soutenue, entame une semaine charnière dans la lutte contre le Covid-19. Le gouvernement, qui tente d'éviter un troisième confinement généralisé, compte notamment sur des mesures territorialisées pour contenir la diffusion du virus. Des concertations ont par ailleurs eu lieu lundi entre représentants de l'Etat et élus locaux de vingt départements, notamment en région parisienne et autour des grandes métropoles (Lyon, Marseille, Lille) qui craignent une nouvelle explosion des contaminations avec la propagation des variants. Des confinements locaux le week-end, comme sur une partie du littoral méditerranéen et à Dunkerque (Nord), pourraient être ordonnés à l'issue de ces consultations. Dimanche, à Paris, 3.600 policiers et gendarmes ont tenté de réguler l'affluence sur les quais de Seine bondés en cette journée ensoleillée. Le Covid-19 a fait 86.454 morts en France depuis le début de la pandémie. Près de 3.500 personnes atteintes du coronavirus étaient soignées dimanche dans les services de réanimation, un indicateur en lente progression. (Belga)