Signe que le gouvernement au pouvoir n'entend pas délaisser le terrain politique, le Premier ministre Jean Castex a été dépêché sur place pour déposer une gerbe sur la tombe de l'homme de l'appel du 18 juin 1940, discours fondateur de la Résistance français, alors que se déroulait dans le même temps à Paris un Conseil de défense lié à la crise sanitaire. "Tout le monde quelque part est un peu gaulliste, après il faut l'incarner dans son comportement quotidien", a dit sur place M. Castex. Ce pèlerinage du 9 novembre est un grand classique de la vie politique française. Plus encore à l'approche de la présidentielle d'avril 2022, il prend cette année des allures de bataille culturelle, les prétendants de droite et de gauche ciblant particulièrement le possible candidat Eric Zemmour, pamphlétaire d'extrême droite. Au lendemain du premier débat télévisé pour l'investiture à droite, les cinq candidats Les Républicains - Michel Barnier, Xavier Bertrand, Eric Ciotti, Philippe Juvin et Valérie Pécresse - sont du déplacement, tout comme Christian Jacob le président du parti. "Quand j'entends des personnes qui légitiment l'action (du maréchal) Pétain en disant qu'il a sauvé des juifs, ils ne peuvent pas se dire gaulliste", a souligné à son arrivée Mme Pécresse, en visant les sulfureuses sorties médiatiques de M. Zemmour. "De Gaulle c'était un national, surtout pas un nationaliste", a estimé M. Barnier. Pour M. Bertrand, "la pensée gaullienne nous inspire et nous oblige", notamment en matière internationale. A gauche, deux personnalités font cette année du célèbre homme d'Etat de l'après-guerre un symbole dans la lutte contre l'"appropriation" de l'histoire par Eric Zemmour. La candidate socialiste Anne Hidalgo (PS), qui assistait déjà tous les ans à la cérémonie en tant que maire de Paris, entend "remettre l'histoire à sa place". "Je suis gaulliste du 18 juin", a-t-elle affirmé sur place, en louant le "courage immense", la "vision" du général qui "a pris des décisions impressionnantes" pour porter "l'honneur" de la France. L'ancien ministre socialiste Arnaud Montebourg, aussi candidat, a lancé "un appel à tous ceux, des communistes aux gaullistes, qui ont en héritage la France libre et le Conseil National de la Résistance, à aller à Colombey-les-Deux-Eglises pour former un mur du silence et faire taire monsieur Zemmour". Eric Zemmour s'était rendu le 18 juin dans la maison natale de de Gaulle à Lille (nord), pour y saluer en miroir de sa potentielle candidature "un écrivain", "tout sauf un politicien professionnel", désireux de "sauver" la France. Mais le polémiste ne viendra pas à Colombey alors que des rumeurs - démenties par son entourage - ont circulé sur une possible annonce de candidature sur place. (Belga)

Signe que le gouvernement au pouvoir n'entend pas délaisser le terrain politique, le Premier ministre Jean Castex a été dépêché sur place pour déposer une gerbe sur la tombe de l'homme de l'appel du 18 juin 1940, discours fondateur de la Résistance français, alors que se déroulait dans le même temps à Paris un Conseil de défense lié à la crise sanitaire. "Tout le monde quelque part est un peu gaulliste, après il faut l'incarner dans son comportement quotidien", a dit sur place M. Castex. Ce pèlerinage du 9 novembre est un grand classique de la vie politique française. Plus encore à l'approche de la présidentielle d'avril 2022, il prend cette année des allures de bataille culturelle, les prétendants de droite et de gauche ciblant particulièrement le possible candidat Eric Zemmour, pamphlétaire d'extrême droite. Au lendemain du premier débat télévisé pour l'investiture à droite, les cinq candidats Les Républicains - Michel Barnier, Xavier Bertrand, Eric Ciotti, Philippe Juvin et Valérie Pécresse - sont du déplacement, tout comme Christian Jacob le président du parti. "Quand j'entends des personnes qui légitiment l'action (du maréchal) Pétain en disant qu'il a sauvé des juifs, ils ne peuvent pas se dire gaulliste", a souligné à son arrivée Mme Pécresse, en visant les sulfureuses sorties médiatiques de M. Zemmour. "De Gaulle c'était un national, surtout pas un nationaliste", a estimé M. Barnier. Pour M. Bertrand, "la pensée gaullienne nous inspire et nous oblige", notamment en matière internationale. A gauche, deux personnalités font cette année du célèbre homme d'Etat de l'après-guerre un symbole dans la lutte contre l'"appropriation" de l'histoire par Eric Zemmour. La candidate socialiste Anne Hidalgo (PS), qui assistait déjà tous les ans à la cérémonie en tant que maire de Paris, entend "remettre l'histoire à sa place". "Je suis gaulliste du 18 juin", a-t-elle affirmé sur place, en louant le "courage immense", la "vision" du général qui "a pris des décisions impressionnantes" pour porter "l'honneur" de la France. L'ancien ministre socialiste Arnaud Montebourg, aussi candidat, a lancé "un appel à tous ceux, des communistes aux gaullistes, qui ont en héritage la France libre et le Conseil National de la Résistance, à aller à Colombey-les-Deux-Eglises pour former un mur du silence et faire taire monsieur Zemmour". Eric Zemmour s'était rendu le 18 juin dans la maison natale de de Gaulle à Lille (nord), pour y saluer en miroir de sa potentielle candidature "un écrivain", "tout sauf un politicien professionnel", désireux de "sauver" la France. Mais le polémiste ne viendra pas à Colombey alors que des rumeurs - démenties par son entourage - ont circulé sur une possible annonce de candidature sur place. (Belga)