Ce quartier général, un espace d'environ 300 m2 à la décoration sobre et où trône son slogan "au nom du peuple", se situe dans l'ultra-chic rue du Faubourg Saint-Honoré qui mène tout droit au palais présidentiel français. "Nous espérons qu'il ne nous restera qu'à descendre les 1,7 kilomètre qui nous séparent de l'Elysée", a déclaré, tout sourire, la présidente du Front national devant une cohue de journalistes, à moins de six mois de l'élection présidentielle. La rose bleue choisie comme symbole de sa campagne signifie en "langage des fleurs" "rendre possible l'impossible", a-t-elle souligné, expliquant que ce logo évoquait à la fois la rose des socialistes et la couleur de la droite, le bleu. "Le projet qui est le mien a vocation à rassembler l'ensemble des Français", a-t-elle affirmé. Tous les sondages prédisent que Marine Le Pen devrait se qualifier pour le second tour de l'élection présidentielle en mai, mais échouera à remporter le scrutin face à un candidat de droite. La récente victoire de Donald Trump, après le vote du Brexit en Grande Bretagne, a cependant donné des ailes à toute l'extrême droite xénophobe et europhobe, en France comme dans d'autres pays européens. (Belga)

Ce quartier général, un espace d'environ 300 m2 à la décoration sobre et où trône son slogan "au nom du peuple", se situe dans l'ultra-chic rue du Faubourg Saint-Honoré qui mène tout droit au palais présidentiel français. "Nous espérons qu'il ne nous restera qu'à descendre les 1,7 kilomètre qui nous séparent de l'Elysée", a déclaré, tout sourire, la présidente du Front national devant une cohue de journalistes, à moins de six mois de l'élection présidentielle. La rose bleue choisie comme symbole de sa campagne signifie en "langage des fleurs" "rendre possible l'impossible", a-t-elle souligné, expliquant que ce logo évoquait à la fois la rose des socialistes et la couleur de la droite, le bleu. "Le projet qui est le mien a vocation à rassembler l'ensemble des Français", a-t-elle affirmé. Tous les sondages prédisent que Marine Le Pen devrait se qualifier pour le second tour de l'élection présidentielle en mai, mais échouera à remporter le scrutin face à un candidat de droite. La récente victoire de Donald Trump, après le vote du Brexit en Grande Bretagne, a cependant donné des ailes à toute l'extrême droite xénophobe et europhobe, en France comme dans d'autres pays européens. (Belga)