"C'est une décision qui est tout à fait respectable, fondée sur des motifs privés", a affirmé le vice-président du Front national Florian Philippot sur RMC. "C'est une décision pour des raisons privées, c'est une jeune maman." Pour David Rachline, qui a dirigé la campagne de Marine Le Pen pour la présidentielle, "c'est un choix qui est éminemment respectable". Marion Maréchal-Le Pen est "quelqu'un qui a mené de beaux combats, qui a eu de beaux succès. Pour autant, il faut respecter sa décision. Chacun est libre, chacun peut évoluer", a-t-il déclaré sur Europe 1. "C'est un choix de vie qui devrait être respecté par tout le monde", a également affirmé sur LCI le député Gilbert Collard, prédisant à la députée FN du Vaucluse "un sacré destin" pour les années à venir. "Elle a envie de connaître le monde de l'entreprise", a-t-il aussi ajouté. "Sa présence à nos côtés est intacte, mais elle veut s'ouvrir à d'autres horizons." "Comme dirigeante politique, je regrette profondément la décision de Marion mais hélas, comme maman, je la comprends", a tweeté Marine Le Pen mercredi au matin de la publication d'une lettre dans laquelle la députée annonce renoncer à une nouvelle candidature dans le Vaucluse et à son mandat de cheffe de l'opposition FN au Conseil régional Paca. Elle précise vouloir notamment "consacrer plus de temps" à sa vie familiale. Interrogé sur la réaction de Jean-Marie Le Pen, qui a regretté la "désertion" de sa petite-fille, M. Collard a affirmé qu'"on n'est pas en guerre, ce n'est pas une désertion". "Il faut qu'il raccroche son béret de para ou son casque de soldat", a-t-il lancé à l'adresse du cofondateur du FN. (Belga)

"C'est une décision qui est tout à fait respectable, fondée sur des motifs privés", a affirmé le vice-président du Front national Florian Philippot sur RMC. "C'est une décision pour des raisons privées, c'est une jeune maman." Pour David Rachline, qui a dirigé la campagne de Marine Le Pen pour la présidentielle, "c'est un choix qui est éminemment respectable". Marion Maréchal-Le Pen est "quelqu'un qui a mené de beaux combats, qui a eu de beaux succès. Pour autant, il faut respecter sa décision. Chacun est libre, chacun peut évoluer", a-t-il déclaré sur Europe 1. "C'est un choix de vie qui devrait être respecté par tout le monde", a également affirmé sur LCI le député Gilbert Collard, prédisant à la députée FN du Vaucluse "un sacré destin" pour les années à venir. "Elle a envie de connaître le monde de l'entreprise", a-t-il aussi ajouté. "Sa présence à nos côtés est intacte, mais elle veut s'ouvrir à d'autres horizons." "Comme dirigeante politique, je regrette profondément la décision de Marion mais hélas, comme maman, je la comprends", a tweeté Marine Le Pen mercredi au matin de la publication d'une lettre dans laquelle la députée annonce renoncer à une nouvelle candidature dans le Vaucluse et à son mandat de cheffe de l'opposition FN au Conseil régional Paca. Elle précise vouloir notamment "consacrer plus de temps" à sa vie familiale. Interrogé sur la réaction de Jean-Marie Le Pen, qui a regretté la "désertion" de sa petite-fille, M. Collard a affirmé qu'"on n'est pas en guerre, ce n'est pas une désertion". "Il faut qu'il raccroche son béret de para ou son casque de soldat", a-t-il lancé à l'adresse du cofondateur du FN. (Belga)