"Le feu est maîtrisé: il est contenu dans son enveloppe actuelle grâce au travail des équipes au sol", ont expliqué les secours qui ont tenté de créer une barrière de retardant "la plus étanche possible". Quelque 400 pompiers restent toutefois mobilisés pour traiter les lisières et "cette phase durera encore plusieurs jours", ont-ils prévenu. Si le feu est "maîtrisé", c'est-à-dire sans reprise de flammes, il n'est pas encore éteint: "il nous faudra au moins une semaine avant de le déclarer +éteint+" --c'est-à-dire sans braises-- "en raison de l'ampleur de cet incendie", avait expliqué à l'AFP lundi matin le capitaine Olivier Pecot. Dès vendredi, le feu, qui a coûté la vie à deux personnes et entraîné plusieurs milliers d'évacuations dans l'arrière-pays de Saint-Tropez (sud-est), avait été déclaré "fixé". Mais les pompiers craignaient de nouvelles reprises en raison du vent qui a soufflé tout le week-end sur cet incendie qui est le plus gros de France cette année. Lundi de nombreux massifs du pourtour méditerranéen français étaient d'ailleurs placés en vigilance rouge incendie. Samedi, dans une zone proche de ce feu, un homme de 56 ans a été interpellé alors qu'il avait "mis volontairement le feu à une parcelle de forêt", a indiqué le parquet de Draguignan (sud-est). Les pompiers ont rapidement pu éteindre ce sinistre. Il devait être présenté à un juge d'instruction en vue d'une mise en examen pour incendie volontaire. Plusieurs pays méditerranéens ont été frappés cet été par de graves incendies dont Israël, le Maroc, la Grèce et l'Algérie. (Belga)

"Le feu est maîtrisé: il est contenu dans son enveloppe actuelle grâce au travail des équipes au sol", ont expliqué les secours qui ont tenté de créer une barrière de retardant "la plus étanche possible". Quelque 400 pompiers restent toutefois mobilisés pour traiter les lisières et "cette phase durera encore plusieurs jours", ont-ils prévenu. Si le feu est "maîtrisé", c'est-à-dire sans reprise de flammes, il n'est pas encore éteint: "il nous faudra au moins une semaine avant de le déclarer +éteint+" --c'est-à-dire sans braises-- "en raison de l'ampleur de cet incendie", avait expliqué à l'AFP lundi matin le capitaine Olivier Pecot. Dès vendredi, le feu, qui a coûté la vie à deux personnes et entraîné plusieurs milliers d'évacuations dans l'arrière-pays de Saint-Tropez (sud-est), avait été déclaré "fixé". Mais les pompiers craignaient de nouvelles reprises en raison du vent qui a soufflé tout le week-end sur cet incendie qui est le plus gros de France cette année. Lundi de nombreux massifs du pourtour méditerranéen français étaient d'ailleurs placés en vigilance rouge incendie. Samedi, dans une zone proche de ce feu, un homme de 56 ans a été interpellé alors qu'il avait "mis volontairement le feu à une parcelle de forêt", a indiqué le parquet de Draguignan (sud-est). Les pompiers ont rapidement pu éteindre ce sinistre. Il devait être présenté à un juge d'instruction en vue d'une mise en examen pour incendie volontaire. Plusieurs pays méditerranéens ont été frappés cet été par de graves incendies dont Israël, le Maroc, la Grèce et l'Algérie. (Belga)