"Je suis candidate à la présidence de la République pour restaurer la fierté française. Je ne supporte plus qu'on parle au lieu d'agir", affirme la présidente du mouvement Libres! (droite), ex-membre du parti Les Républicains (LR) qui occupa plusieurs postes ministériels, dont celui du Budget sous la présidence de Nicolas Sarkozy entre 2011 et 2012. "Nous devons rompre avec dix ans de mauvais choix, de demi-mesures, d'indécisions, et en fin de compte l'affaissement de notre pays", ajoute-t-elle. La candidate dit vouloir "faire plutôt que chercher à plaire" après un quinquennat "avec très peu de réformes". Elle souhaite aussi "remettre le pays en ordre". "En 2022, la France doit prendre un nouveau départ. Cet été, je parcourrai le pays à la rencontre des Français pour enrichir mon projet", précise-t-elle. Réélue en juin à la tête de l'Ile-de-France, dont Paris est la capitale, elle est la deuxième prétendante ex-LR à annoncer sa candidature à droite, après son homologue de la région des Hauts-de-France (nord), Xavier Bertrand, fin mars. Valérie Pécresse, pour qui une primaire "très largement ouverte" reste la "seule solution démocratique" pour faire émerger un candidat à droite, avait déjà promis de faire "entendre (sa) voix" au cours de l'été. "L'heure des femmes est venue", avait-elle affirmé début juillet. Mme Pécresse et quatre autres candidats putatifs s'étaient réunis mardi à Paris sous l'égide du parti Les Républicains, et avaient convenu d'une "candidature unique" en 2022. Xavier Bertrand, qui était absent, refuse à ce stade de participer à une primaire. (Belga)

"Je suis candidate à la présidence de la République pour restaurer la fierté française. Je ne supporte plus qu'on parle au lieu d'agir", affirme la présidente du mouvement Libres! (droite), ex-membre du parti Les Républicains (LR) qui occupa plusieurs postes ministériels, dont celui du Budget sous la présidence de Nicolas Sarkozy entre 2011 et 2012. "Nous devons rompre avec dix ans de mauvais choix, de demi-mesures, d'indécisions, et en fin de compte l'affaissement de notre pays", ajoute-t-elle. La candidate dit vouloir "faire plutôt que chercher à plaire" après un quinquennat "avec très peu de réformes". Elle souhaite aussi "remettre le pays en ordre". "En 2022, la France doit prendre un nouveau départ. Cet été, je parcourrai le pays à la rencontre des Français pour enrichir mon projet", précise-t-elle. Réélue en juin à la tête de l'Ile-de-France, dont Paris est la capitale, elle est la deuxième prétendante ex-LR à annoncer sa candidature à droite, après son homologue de la région des Hauts-de-France (nord), Xavier Bertrand, fin mars. Valérie Pécresse, pour qui une primaire "très largement ouverte" reste la "seule solution démocratique" pour faire émerger un candidat à droite, avait déjà promis de faire "entendre (sa) voix" au cours de l'été. "L'heure des femmes est venue", avait-elle affirmé début juillet. Mme Pécresse et quatre autres candidats putatifs s'étaient réunis mardi à Paris sous l'égide du parti Les Républicains, et avaient convenu d'une "candidature unique" en 2022. Xavier Bertrand, qui était absent, refuse à ce stade de participer à une primaire. (Belga)