L'ancien ministre, qui a démissionné la semaine passée après la révélation de cette affaire, a été entendu mardi après-midi en audition libre par les enquêteurs de l'Office anticorruption de la police judiciaire, selon les mêmes sources. Cette audition fait suite à l'ouverture une semaine plus tôt par le Parquet national financier (PNF) d'une enquête préliminaire sur ces emplois controversés. La semaine passée, une émission de télévision avait révélé que Bruno Le Roux avait employé ses deux filles alors qu'elles étaient lycéennes puis étudiantes, entre 2009 et 2016, pour un total d'environ 55.000 euros de salaires, alors qu'il était député. Elles n'avaient, lors des premiers contrats, que 15-16 ans. Le ministre avait assuré que les contrats de ses filles correspondaient "bien sûr à des travaux effectivement réalisés". (Belga)

L'ancien ministre, qui a démissionné la semaine passée après la révélation de cette affaire, a été entendu mardi après-midi en audition libre par les enquêteurs de l'Office anticorruption de la police judiciaire, selon les mêmes sources. Cette audition fait suite à l'ouverture une semaine plus tôt par le Parquet national financier (PNF) d'une enquête préliminaire sur ces emplois controversés. La semaine passée, une émission de télévision avait révélé que Bruno Le Roux avait employé ses deux filles alors qu'elles étaient lycéennes puis étudiantes, entre 2009 et 2016, pour un total d'environ 55.000 euros de salaires, alors qu'il était député. Elles n'avaient, lors des premiers contrats, que 15-16 ans. Le ministre avait assuré que les contrats de ses filles correspondaient "bien sûr à des travaux effectivement réalisés". (Belga)