Dans un article consacré à Marine Le Pen, l'hebdomadaire écrivait dans son numéro du 3 juillet 2014 que "l'ombre du père -dont les récents propos antisémites sur les artistes qui refusent de chanter dans les villes dirigées par les maires Front national n'ont rien arrangé- rôde encore". Dans cette incise, le journal faisait référence à une vidéo de juin 2014, dans laquelle Jean-Marie Le Pen, avait réagi à l'évocation des noms d'artistes qui ont pris position contre le FN, dont Patrick Bruel, de confession juive: "Ecoutez, on fera une fournée la prochaine fois". Cette sortie avait suscité de vives réactions, y compris au sein du parti d'extrême droite qu'il a cofondé en 1972, sa fille Marine parlant d'une "faute politique". Dans une décision rendue vendredi, le tribunal correctionnel de Paris a relaxé le directeur de la publication de Paris-Match, que Jean-Marie Le Pen poursuivait en diffamation. S'il conteste toute connotation antisémite, Jean-Marie Le Pen a été mis en examen en février pour provocation à la haine pour ces propos. (Belga)

Dans un article consacré à Marine Le Pen, l'hebdomadaire écrivait dans son numéro du 3 juillet 2014 que "l'ombre du père -dont les récents propos antisémites sur les artistes qui refusent de chanter dans les villes dirigées par les maires Front national n'ont rien arrangé- rôde encore". Dans cette incise, le journal faisait référence à une vidéo de juin 2014, dans laquelle Jean-Marie Le Pen, avait réagi à l'évocation des noms d'artistes qui ont pris position contre le FN, dont Patrick Bruel, de confession juive: "Ecoutez, on fera une fournée la prochaine fois". Cette sortie avait suscité de vives réactions, y compris au sein du parti d'extrême droite qu'il a cofondé en 1972, sa fille Marine parlant d'une "faute politique". Dans une décision rendue vendredi, le tribunal correctionnel de Paris a relaxé le directeur de la publication de Paris-Match, que Jean-Marie Le Pen poursuivait en diffamation. S'il conteste toute connotation antisémite, Jean-Marie Le Pen a été mis en examen en février pour provocation à la haine pour ces propos. (Belga)