"La première priorité, c'est la lutte contre l'insécurité, le renforcement des moyens (...) compte tenu de la violence qui s'est hélas propagée" en Guyane, a déclaré lundi le président François Hollande, lors d'un déplacement à Singapour. Bloquée depuis plusieurs jours par un mouvement de grogne sociale, la Guyane connaît un fort taux de chômage et une insécurité chronique. La Guyane et ses 260.000 habitants sont sous la menace d'une paralysie de la vie économique, déjà ralentie depuis jeudi par une quinzaine de barrages routiers. Les établissements scolaires et l'université sont fermés. Les compagnies Air France et Air Caraïbes ont annulé lundi leurs vols vers la capitale Cayenne. Les blocages ont aussi conduit Arianespace à ajourner le lancement de la fusée Ariane 5, vitrine économique du territoire. En dépit de l'arrivée d'une mission interministérielle pour "dialoguer", 37 syndicats réunis au sein de l'Union des travailleurs guyanais (UTG) ont voté samedi à la quasi-unanimité en faveur d'une "grève générale illimitée" à partir de lundi. "Une délégation ministérielle sera sur place avant la fin de la semaine (...) si toutefois les conditions du respect -et j'insiste sur ce point- et de l'ordre républicain sont réunies", a promis lundi le Premier ministre Bernard Cazeneuve, assurant vouloir signer avec la Guyane un "pacte d'avenir" dans "les meilleurs délais". (Belga)

"La première priorité, c'est la lutte contre l'insécurité, le renforcement des moyens (...) compte tenu de la violence qui s'est hélas propagée" en Guyane, a déclaré lundi le président François Hollande, lors d'un déplacement à Singapour. Bloquée depuis plusieurs jours par un mouvement de grogne sociale, la Guyane connaît un fort taux de chômage et une insécurité chronique. La Guyane et ses 260.000 habitants sont sous la menace d'une paralysie de la vie économique, déjà ralentie depuis jeudi par une quinzaine de barrages routiers. Les établissements scolaires et l'université sont fermés. Les compagnies Air France et Air Caraïbes ont annulé lundi leurs vols vers la capitale Cayenne. Les blocages ont aussi conduit Arianespace à ajourner le lancement de la fusée Ariane 5, vitrine économique du territoire. En dépit de l'arrivée d'une mission interministérielle pour "dialoguer", 37 syndicats réunis au sein de l'Union des travailleurs guyanais (UTG) ont voté samedi à la quasi-unanimité en faveur d'une "grève générale illimitée" à partir de lundi. "Une délégation ministérielle sera sur place avant la fin de la semaine (...) si toutefois les conditions du respect -et j'insiste sur ce point- et de l'ordre républicain sont réunies", a promis lundi le Premier ministre Bernard Cazeneuve, assurant vouloir signer avec la Guyane un "pacte d'avenir" dans "les meilleurs délais". (Belga)