Le démantèlement de cette bande spécialisée dans les escroqueries "à la burette d'huile" a demandé un an de travail au groupe de recherches et d'investigations financières contre la criminalité organisée de la DIPJ de Lyon et à la brigade de répression de la délinquance astucieuse de la DIPJ de Strasbourg, selon un communiqué diffusé par cette dernière. Les enquêteurs ont recensé plus d'une centaine de victimes de cette bande sur l'ensemble du territoire français, pour un préjudice total d'environ 300.000 euros. Après avoir repéré des annonces de vente de véhicules d'occasion sur le site Le bon coin, ces personnes y répondaient en se présentant comme des professionnels de l'automobile achetant des véhicules pour les revendre dans les pays de l'Est, explique le communiqué. Sur place, l'un des escrocs "s'employait à détourner l'attention du vendeur pendant qu'un de ses complices versait discrètement de l'huile au niveau du moteur et du pot d'échappement". Les acheteurs montraient ensuite les traces d'huile et obtenaient une baisse du prix en évoquant une rupture du bloc moteur. Ils revendaient les véhicules en Allemagne, réalisant des plus-values "qui leur permettaient d'assurer leur train de vie en fréquentant notamment divers casinos en France". Les interpellations ont eu lieu entre mars et novembre. Trois des dix personnes mises en examen ont été écrouées. (Belga)

Le démantèlement de cette bande spécialisée dans les escroqueries "à la burette d'huile" a demandé un an de travail au groupe de recherches et d'investigations financières contre la criminalité organisée de la DIPJ de Lyon et à la brigade de répression de la délinquance astucieuse de la DIPJ de Strasbourg, selon un communiqué diffusé par cette dernière. Les enquêteurs ont recensé plus d'une centaine de victimes de cette bande sur l'ensemble du territoire français, pour un préjudice total d'environ 300.000 euros. Après avoir repéré des annonces de vente de véhicules d'occasion sur le site Le bon coin, ces personnes y répondaient en se présentant comme des professionnels de l'automobile achetant des véhicules pour les revendre dans les pays de l'Est, explique le communiqué. Sur place, l'un des escrocs "s'employait à détourner l'attention du vendeur pendant qu'un de ses complices versait discrètement de l'huile au niveau du moteur et du pot d'échappement". Les acheteurs montraient ensuite les traces d'huile et obtenaient une baisse du prix en évoquant une rupture du bloc moteur. Ils revendaient les véhicules en Allemagne, réalisant des plus-values "qui leur permettaient d'assurer leur train de vie en fréquentant notamment divers casinos en France". Les interpellations ont eu lieu entre mars et novembre. Trois des dix personnes mises en examen ont été écrouées. (Belga)