Ces deux hommes, âgés de 17 et 22 ans, et cette femme de 22 ans ont été notamment inculpés de "détention et transport d'armes" et "association de malfaiteurs en vue de commettre des délits", puis placés en détention provisoire, selon des sources proches du dossier. Ils avaient été contrôlés dans la nuit de mardi à mercredi près de la gare du Nord dans la capitale française, pendant qu'ils manipulaient des bidons d'essence à proximité d'une voiture immatriculée en Espagne. Un quatrième homme avait alors pris la fuite et fait l'objet de recherches. Dans le coffre du véhicule, les forces de l'ordre ont découvert, entre autres, deux marteaux, des couteaux, 50 boulons en acier, trois bonbonnes de gaz, trois brises-vitres, deux bidons d'essence, une bouteille d'acétone, un burin, une pince-coupante et l'itinéraire de la manifestation. Deux masques de protection contre les gaz de combat, considérés comme du matériel de guerre interdit aux particuliers et un lance-pierre ont également été saisis, ainsi qu'un manifeste anarchiste. Pour l'accusation, une partie de cet attirail aurait pu permettre la composition de produits explosifs, d'autant que les manifestations du 1er mai avaient fait l'objet d'appels à l'émeute au sein de différentes mouvances européennes anticapitalistes et antifascistes. Le défilé traditionnel du 1er mai s'est déroulé mercredi à Paris dans une ambiance tendue : des échauffourées ont éclaté avant même le départ du cortège entre la police et les militants des "black blocs", puis à nouveau au cours du défilé, avec de plusieurs commerces vandalisés, des départs d'incendie et quelques blessés. (Belga)