La participation, qui s'était effondrée avec une participation de 44,3% au premier tour le 15 mars dernier, est l'un des enjeux majeurs de ce scrutin, pour lequel le parti du président Emmanuel Macron apparaît en délicate posture, après les colères sociales et la gestion de la crise sanitaire. (Belga)

La participation, qui s'était effondrée avec une participation de 44,3% au premier tour le 15 mars dernier, est l'un des enjeux majeurs de ce scrutin, pour lequel le parti du président Emmanuel Macron apparaît en délicate posture, après les colères sociales et la gestion de la crise sanitaire. (Belga)