Les députés ont voté le projet de loi "autorisant la ratification de l'accord de Paris adopté le 12 décembre 2015". Pour être approuvé définitivement par le Parlement, il devra encore être soumis à un vote du Sénat le 8 juin. "C'est l'honneur de la France d'être le premier pays industrialisé à ratifier l'accord de Paris et le premier pays d'Europe à donner cet exemple", a déclaré Ségolène Royal, présidente en exercice de la COP21 et ministre de l'Environnement, vantant un vote "qui va donner à la France une force supplémentaire pour entraîner les autres pays" sur cet accord "universel et ambitieux". Tous les groupes politiques ont voté en faveur du projet de loi, même si plusieurs voix à droite comme à gauche, se sont fait entendre pour critiquer le fait que l'accord n'est "pas contraignant". L'accord, déjà signé par 177 Etats, prévoit un engagement à limiter le réchauffement "bien en deçà" de 2° C, voire à 1,5° C par rapport au niveau pré-industriel. Pour qu'il entre en vigueur comme prévu à compter de 2020, il faut que 55 pays représentant 55% des émissions mondiales de gaz à effet de serre le ratifient. A ce stade, 16 pays, surtout des petits Etats insulaires, ont déjà ratifié l'accord, a rappelé Mme Royal, soulignant que "certains acteurs majeurs" dont les deux principaux pollueurs, la Chine et les Etats-Unis, ont annoncé leur intention de le faire avant la fin de l'année. Les délégués de 195 pays sont réunis actuellement à Bonn pour commencer à concrétiser l'accord de Paris. (Belga)

Les députés ont voté le projet de loi "autorisant la ratification de l'accord de Paris adopté le 12 décembre 2015". Pour être approuvé définitivement par le Parlement, il devra encore être soumis à un vote du Sénat le 8 juin. "C'est l'honneur de la France d'être le premier pays industrialisé à ratifier l'accord de Paris et le premier pays d'Europe à donner cet exemple", a déclaré Ségolène Royal, présidente en exercice de la COP21 et ministre de l'Environnement, vantant un vote "qui va donner à la France une force supplémentaire pour entraîner les autres pays" sur cet accord "universel et ambitieux". Tous les groupes politiques ont voté en faveur du projet de loi, même si plusieurs voix à droite comme à gauche, se sont fait entendre pour critiquer le fait que l'accord n'est "pas contraignant". L'accord, déjà signé par 177 Etats, prévoit un engagement à limiter le réchauffement "bien en deçà" de 2° C, voire à 1,5° C par rapport au niveau pré-industriel. Pour qu'il entre en vigueur comme prévu à compter de 2020, il faut que 55 pays représentant 55% des émissions mondiales de gaz à effet de serre le ratifient. A ce stade, 16 pays, surtout des petits Etats insulaires, ont déjà ratifié l'accord, a rappelé Mme Royal, soulignant que "certains acteurs majeurs" dont les deux principaux pollueurs, la Chine et les Etats-Unis, ont annoncé leur intention de le faire avant la fin de l'année. Les délégués de 195 pays sont réunis actuellement à Bonn pour commencer à concrétiser l'accord de Paris. (Belga)