Il s'agit de Jean-René Dumoulin, 24 ans, originaire de l'est de la France comme les autres membres du groupe, a précisé à l'AFP la sergente Béatrice Dorsainville de la Sûreté du Québec. La dépouille de M. Dumoulin avait été retrouvée fin mai, quelques jours après celle d'Arnaud Antoine, 25 ans, à plus de 12 km du lieu du drame. Les deux jeunes hommes étaient les derniers membres du groupe dont les corps n'avaient pu être retrouvés lors des recherches intensives qui avaient suivi l'accident et avaient dû être interrompues en raison de conditions hivernales difficiles. Les corps ont été découverts par des promeneurs sur les rives ou dans les eaux de la rivière Grande Décharge. Le 21 janvier dernier, plusieurs membres d'un groupe de huit motoneigistes français étaient tombés dans les eaux glacées du lac Saint-Jean à l'embouchure de la rivière Grande Décharge, dans une zone où les courants fragilisent la glace qui avait cédé sous le poids de leurs engins. Trois des motoneigistes avaient survécu à des blessures légères et à un choc nerveux, mais les cinq autres ont perdu la vie dans cet accident de même que leur guide, un Montréalais de 42 ans. (Belga)

Il s'agit de Jean-René Dumoulin, 24 ans, originaire de l'est de la France comme les autres membres du groupe, a précisé à l'AFP la sergente Béatrice Dorsainville de la Sûreté du Québec. La dépouille de M. Dumoulin avait été retrouvée fin mai, quelques jours après celle d'Arnaud Antoine, 25 ans, à plus de 12 km du lieu du drame. Les deux jeunes hommes étaient les derniers membres du groupe dont les corps n'avaient pu être retrouvés lors des recherches intensives qui avaient suivi l'accident et avaient dû être interrompues en raison de conditions hivernales difficiles. Les corps ont été découverts par des promeneurs sur les rives ou dans les eaux de la rivière Grande Décharge. Le 21 janvier dernier, plusieurs membres d'un groupe de huit motoneigistes français étaient tombés dans les eaux glacées du lac Saint-Jean à l'embouchure de la rivière Grande Décharge, dans une zone où les courants fragilisent la glace qui avait cédé sous le poids de leurs engins. Trois des motoneigistes avaient survécu à des blessures légères et à un choc nerveux, mais les cinq autres ont perdu la vie dans cet accident de même que leur guide, un Montréalais de 42 ans. (Belga)