L'accueil des demandeurs d'asile représente une part toujours plus importante du travail de la Croix-Rouge, qui y a consacré 80,3 millions d'euros de subventions publiques apportées par le fédéral, soit 21,3 millions de plus qu'en 2014.

Pour faire face à l'afflux massif de migrants, l'organisation a triplé ses capacités d'accueil, à 9.300 places, et recruté 800 bénévoles supplémentaires. En outre, le centre WTC III, à proximité de l'Office des étrangers, a offert un toit à plus de 9.000 demandeurs d'asile entre son ouverture en septembre et la fin de l'année.

Le nombre de mineurs non accompagnés accueillis par la Croix-Rouge a lui explosé, d'une cinquantaine en 2014 à 302 l'année dernière. Seize centres accueillent ces mineurs, dont cinq leur sont spécialement dédiés.

Outre des subsides structurels stables à 2,6 millions d'euros et des prestations de services en hausse de 2,5 millions à 24,9 millions, l'organisation a pu compter sur des dons du public de 9,2 millions, soit 550.000 euros de plus qu'en 2014.

L'accueil des demandeurs d'asile représente une part toujours plus importante du travail de la Croix-Rouge, qui y a consacré 80,3 millions d'euros de subventions publiques apportées par le fédéral, soit 21,3 millions de plus qu'en 2014. Pour faire face à l'afflux massif de migrants, l'organisation a triplé ses capacités d'accueil, à 9.300 places, et recruté 800 bénévoles supplémentaires. En outre, le centre WTC III, à proximité de l'Office des étrangers, a offert un toit à plus de 9.000 demandeurs d'asile entre son ouverture en septembre et la fin de l'année. Le nombre de mineurs non accompagnés accueillis par la Croix-Rouge a lui explosé, d'une cinquantaine en 2014 à 302 l'année dernière. Seize centres accueillent ces mineurs, dont cinq leur sont spécialement dédiés. Outre des subsides structurels stables à 2,6 millions d'euros et des prestations de services en hausse de 2,5 millions à 24,9 millions, l'organisation a pu compter sur des dons du public de 9,2 millions, soit 550.000 euros de plus qu'en 2014.