Alors que 256 animaux avaient fait l'objet d'une saisie en 2017, ce chiffre a atteint 923 individus en 2018. "Le ministre tient à féliciter l'unité du bien-être animal et les refuges pour le travail effectué", souligne le cabinet.

Le nombre total de saisies a également augmenté, de 56 en 2017 à 86 en 2018. Cette hausse est "liée à la nature des interventions", explique François Dubru, attaché de presse de M. Di Antonio. "Par exemple, en 2018, 114 bovins ont été saisis, ce qui n'a pas eu lieu l'année précédente. Aussi, 384 chiens ont fait l'objet d'une saisie contre 96 en 2017." Une fois saisis, les animaux sont recueillis dans des refuges.

Par ailleurs, le nombre de dossiers ouverts par l'unité du bien-être animal (UBA) est resté relativement stable: 3.454 en 2018, contre 3.403 en 2017. Le nombre de plaintes introduites via le formulaire en ligne a, lui, légèrement diminué avec 1.452 plaintes en 2018, contre 1.792 en 2017. Ce formulaire, qui peut être rempli par tout un chacun, a été instauré en 2015.

Sur les 3.544 dossiers ouverts, 1.590 ont fait l'objet d'un procès-verbal. Un PV n'est pas forcément rédigé, certains dossiers étant classés sans suite après enquête.

Alors que 256 animaux avaient fait l'objet d'une saisie en 2017, ce chiffre a atteint 923 individus en 2018. "Le ministre tient à féliciter l'unité du bien-être animal et les refuges pour le travail effectué", souligne le cabinet.Le nombre total de saisies a également augmenté, de 56 en 2017 à 86 en 2018. Cette hausse est "liée à la nature des interventions", explique François Dubru, attaché de presse de M. Di Antonio. "Par exemple, en 2018, 114 bovins ont été saisis, ce qui n'a pas eu lieu l'année précédente. Aussi, 384 chiens ont fait l'objet d'une saisie contre 96 en 2017." Une fois saisis, les animaux sont recueillis dans des refuges. Par ailleurs, le nombre de dossiers ouverts par l'unité du bien-être animal (UBA) est resté relativement stable: 3.454 en 2018, contre 3.403 en 2017. Le nombre de plaintes introduites via le formulaire en ligne a, lui, légèrement diminué avec 1.452 plaintes en 2018, contre 1.792 en 2017. Ce formulaire, qui peut être rempli par tout un chacun, a été instauré en 2015. Sur les 3.544 dossiers ouverts, 1.590 ont fait l'objet d'un procès-verbal. Un PV n'est pas forcément rédigé, certains dossiers étant classés sans suite après enquête.