"Thème par thème, nous avons pu préciser nos propositions et les défendre. Cet espace consacré aux projets, au programme, c'est la bonne méthode de travail", a-t-il poursuivi sans en dire davantage sur le contenu de discussions qui auront finalement duré deux bonnes heures.

"On voit les objectifs partagés et on débat sur le chemin à prendre pour y arriver. Il est actuellement prématuré de dire si ça peut fonctionner", a-t-il expliqué. On n'en saura pas plus, ni sur le fond des discussions, ni sur la coalition qui a la préférence des libéraux, violette avec le PS ou arc en ciel en y ajoutant les Ecolo.

"Les électeurs nous ont envoyé un message. Pour garder notre démocratie vivante, nous devons aujourd'hui leur apporter des réponses", a néanmoins souligné Charles Michel en estimant que l'heure est dès lors venue de "travailler dans un esprit de solution" pour que la Belgique soit gouvernée.

"Nous sommes venus avec beaucoup d'humilité, en étant contents que le MR soit une force politique importante en Wallonie", a enfin indiqué le Premier ministre.

"La question, ce vendredi, était de voir si on peut partager certains points de nos programmes, notamment en ce qui concerne l'emploi des jeunes, les investissements, la lutte contre la pauvreté et le climat", a de son côté résumé le président du PS, Elio Di Rupo.

"On discute encore avec tous les partis, à l'exception du cdH qui s'est retiré. Il n'y a, à ce stade, aucune prise de position" sur les coalitions possibles, a-t-il ajouté. Les socialistes, à la manoeuvre en Wallonie pour former le prochain gouvernement régional, évalueront la situation au terme de leurs rencontres avec Ecolo et le PTB, prévues mardi et mercredi prochains. "On verra alors si nous devons organiser un 3e tour de consultations ou si on peut avancer", a assuré M. Di Rupo.

Vendredi après-midi, les deux hommes forts du PS rencontreront des représentants de l'IWEPS, l'Institut Wallon de l'Evaluation, de la Prospective et de la Statistique. Une rencontre est ensuite prévue mardi avec Ecolo et mercredi avec le PTB.

Après la décision du cdH de siéger dans l'opposition, tant au fédéral que dans les entités fédérées, à la suite de ses mauvais résultats électoraux, seules 3 coalitions sont possibles en Wallonie: une bipartite violette PS-MR; un arc-en-ciel PS-MR-Ecolo qui a déjà présidé à la destinée de la Wallonie entre 1999 et 2004 et une inédite coalition de gauche PS-Ecolo-PTB.