"...Nous sommes à un tournant climatique, écologique, social et démocratique. Le désenchantement par rapport à la politique est très fort. Les signaux envoyés par la population montrent qu'ils veulent une autre façon de faire de la politique. Ils donnent également une orientation très claire pour plus d'écologie et plus de solidarité", a souligné la formation écologiste, par voie de communiqué. Tenant compte de cette triple perspective, le Conseil de Fédération a donné mandat à Zakia Khattabi, Jean-Marc Nollet, Stéphane Hazée et Barbara Trachte pour "entamer des négociations avec le Parti Socialiste en vue de la rédaction, en Fédération Wallonie-Bruxelles et en Région wallonne, d'un document dressant les axes centraux de déclarations de politique gouvernementale ambitieuses, qui traduisent le plus loin possible notre volonté d'une transition écologique, solidaire et démocratique". Toujours selon la formation écologiste francophone, le Conseil de Fédération a expressément demandé qu'au cours de leur élaboration, ces documents fassent l'objet d'une "consultation approfondie d'acteurs de la société civile et soient, in fine, soumis à l'ensemble des députés concernés qui seront invités à faire savoir s'ils sont disposés à soutenir des gouvernements qui se formeraient sur ces bases". Plus tôt dans la journée, le Bureau du PS avait officiellement sollicité Ecolo pour "entrer en négociation" avec lui en vue de "rédiger une note de base" dressant les "axes centraux d'une déclaration de politique gouvernementale" en Wallonie et en Fédération Wallonie-Bruxelles. Le PS indiquait déjà pour sa part que cette note de base ferait l'objet dans le cours de son élaboration d'une "consultation approfondie avec des acteurs de la société civile". Après le feu vert des écologistes, PS et Ecolo pourraient se retrouver autour de la table en Wallonie dès lundi et des consultations de la société civile pourraient être entamées dès la fin de la semaine prochaine. La question de la formation d'un gouvernement minoritaire PS-Ecolo, augmenté de l'apport de la société civile, a été discutée vendredi au Bureau du PS, même si elle n'est formellement pas encore à l'ordre du jour. Les membres du Bureau du PS ont généralement admis qu'il serait plus confortable de gouverner avec une majorité plus large. Ils soulignent cependant les cas de gouvernements minoritaires, de plus en plus nombreux, qui fonctionnent à l'étranger. (Belga)