En tant que président du parti arrivé premier en Flandre lors des élections du 26 mai dernier, Bart de Wever a pris l'initiative dans le cadre de la formation du gouvernement régional flamand. Il mène depuis lors des entretiens discrets avec d'autres parties, dont le Vlaams Belang. N-VA et Vlaams Belang seuls n'ont pas la majorité. Et le CD&V et l'Open Vld refusent toute collaboration avec l'extrême-droite. Le chef de groupe N-VA à la Chambre Peter De Roover a déclaré mercredi que le CD&V et l'Open Vld devaient indiquer clairement sur quels motifs ils refusaient de discuter avec le Vlaams Belang. La présidente de l'Open Vld, Gwendolyn Rutten, a immédiatement répondu que les principes de Vlaams Belang étaient en contradiction avec ceux des libéraux. Jeudi, le président de CD&V, Wouter Beke, a à son tour répété que CD&V ne voulait pas travailler avec le Vlaams Belang. "L'informateur peut parler avec qui il veut, mais il connaît notre position", a déclaré M. Beke. "Nous attendons également du respect", a renchéri la ministre flamande CD&V Hilde Crevits. On ignore à ce stade si l'open Vld a reçu une nouvelle invitation. (Belga)

En tant que président du parti arrivé premier en Flandre lors des élections du 26 mai dernier, Bart de Wever a pris l'initiative dans le cadre de la formation du gouvernement régional flamand. Il mène depuis lors des entretiens discrets avec d'autres parties, dont le Vlaams Belang. N-VA et Vlaams Belang seuls n'ont pas la majorité. Et le CD&V et l'Open Vld refusent toute collaboration avec l'extrême-droite. Le chef de groupe N-VA à la Chambre Peter De Roover a déclaré mercredi que le CD&V et l'Open Vld devaient indiquer clairement sur quels motifs ils refusaient de discuter avec le Vlaams Belang. La présidente de l'Open Vld, Gwendolyn Rutten, a immédiatement répondu que les principes de Vlaams Belang étaient en contradiction avec ceux des libéraux. Jeudi, le président de CD&V, Wouter Beke, a à son tour répété que CD&V ne voulait pas travailler avec le Vlaams Belang. "L'informateur peut parler avec qui il veut, mais il connaît notre position", a déclaré M. Beke. "Nous attendons également du respect", a renchéri la ministre flamande CD&V Hilde Crevits. On ignore à ce stade si l'open Vld a reçu une nouvelle invitation. (Belga)