Les informateurs fédéraux Didier Reynders et Johan Vande Lanotte sont attendus chez le roi le 1er juillet. Face à l'impossibilité de faire se rencontrer les deux principaux partis du pays, la N-VA au nord et le PS au sud, il n'existe pas à ce stade de perspective d'entamer des négociations pour la formation d'un gouvernement fédéral. La Flandre souhaiterait dès lors avancer de son côté, des négociations ayant par ailleurs débuté en vue de la formation d'un gouvernement minoritaire en Wallonie. A Bruxelles, ces négociations sont pour l'instant suspendues au bon vouloir de l'Open Vld. En Flandre, le dernier contact de Bart De Wever daterait du 15 juin. Il s'agissait d'un troisième contact avec le Vlaams Belang. Après le deuxième tour de consultations, Groen et le sp.a n'ont plus été invités. Le CD&V et l'Open Vld n'ont plus été reçus non plus depuis le 15 juin mais pourraient l'être à nouveau. Alors que le sommet de la N-VA se réunit mardi soir, le Vlaams Belang met en garde, rappelant sa victoire du 26 mai: "ce jour-là les trois partis du gouvernement ont perdu 19 sièges au parlement flamand; continuer comme si de rien n'était, reviendrait à nier le résultat des élections". (Belga)