Le gouvernement minoritaire que la libérale francophone dirige actuellement avec le CD&V et l'Open Vld "dispose de la confiance, le Roi ne peut désigner personne actuellement", fait valoir M. Lachaert. "Je pense que la tentative est viable si nous partons du centre", ajoute-t-il. En mars dernier, neuf partis ont accordé leur confiance à l'exécutif Wilmès pour gérer la crise du coronavirus et dix ont soutenu l'octroi des pouvoirs spéciaux pour trois mois, renouvelables une fois. Mais plusieurs chefs de file de partis politiques ont fait comprendre ces dernières semaines que la formule arrivait à son terme et qu'un gouvernement à part entière était attendu en septembre. "Il reste indiqué d'avoir une majorité pour septembre", confirme M. Lachaert au Knack. Alors qu'arrive à son terme l'initiative prise par les présidents du PS Paul Magnette et du sp.a Conner Rousseau de consulter les dix formations politiques soutenant les pouvoirs spéciaux, ce serait maintenant au tour de la famille libérale de prendre le relais, à en croire Egbert Lachaert. Le CD&V, par la voix de vice-Premier ministre Koen Geens, avait lui aussi dit espérer ce week-end que Mme Wilmès "puisse conduire la formation" du gouvernement. Le président du PS Paul Magnette n'a pas dit autre chose en soulignant que, "à un certain moment, quelqu'un devra prendre une initiative et ce peut très bien être Mme Wilmès". Ce week-end encore, la N-VA a plaidé - par la voix du député Theo Francken - pour un "accord historique entre nationalistes flamands et sociaux-démocrates". Egbert Lachaert dit ne pas y croire. "Tout le pays attend cet accord depuis plus d'un an. Je n'ai aujourd'hui aucune indication qu'il serait à portée de main". (Belga)

Le gouvernement minoritaire que la libérale francophone dirige actuellement avec le CD&V et l'Open Vld "dispose de la confiance, le Roi ne peut désigner personne actuellement", fait valoir M. Lachaert. "Je pense que la tentative est viable si nous partons du centre", ajoute-t-il. En mars dernier, neuf partis ont accordé leur confiance à l'exécutif Wilmès pour gérer la crise du coronavirus et dix ont soutenu l'octroi des pouvoirs spéciaux pour trois mois, renouvelables une fois. Mais plusieurs chefs de file de partis politiques ont fait comprendre ces dernières semaines que la formule arrivait à son terme et qu'un gouvernement à part entière était attendu en septembre. "Il reste indiqué d'avoir une majorité pour septembre", confirme M. Lachaert au Knack. Alors qu'arrive à son terme l'initiative prise par les présidents du PS Paul Magnette et du sp.a Conner Rousseau de consulter les dix formations politiques soutenant les pouvoirs spéciaux, ce serait maintenant au tour de la famille libérale de prendre le relais, à en croire Egbert Lachaert. Le CD&V, par la voix de vice-Premier ministre Koen Geens, avait lui aussi dit espérer ce week-end que Mme Wilmès "puisse conduire la formation" du gouvernement. Le président du PS Paul Magnette n'a pas dit autre chose en soulignant que, "à un certain moment, quelqu'un devra prendre une initiative et ce peut très bien être Mme Wilmès". Ce week-end encore, la N-VA a plaidé - par la voix du député Theo Francken - pour un "accord historique entre nationalistes flamands et sociaux-démocrates". Egbert Lachaert dit ne pas y croire. "Tout le pays attend cet accord depuis plus d'un an. Je n'ai aujourd'hui aucune indication qu'il serait à portée de main". (Belga)