"Selon moi, Rudy Demotte n'a pas seulement mis le feu à la maison Belgique mais aussi abattu la bourguignonne (coalition associant libéraux, socialistes et N-VA) et l'arc-en-ciel (socialistes, libéraux, écologistes). Car l'arc-en-ciel n'a que 76 sièges à la Chambre, c'est trop peu pour construire un gouvernement stable. Je me pose la question: le PS veut-il des élections?" a-t-il déclaré sur le plateau de Ter Zake (VRT). Le MR est toujours à la recherche de solutions, a-t-il assuré: "Nous allons tout essayer pour sauver le pays et je pense que maintenant, nous avons atterri: voulons-nous sauver le pays ou pas? Nous devons faire confiance aux deux informateurs: soit nous les laissons continuer pour trouver d'autres solutions que la bourguignonne ou l'arc-en-ciel, soit on continue les petits jeux de ce matin. Et ça, je ne veux pas". Les libéraux francophones ne veulent pas d'un round institutionnel. "Tout ce qui compte aujourd'hui, c'est le socio-économique. Nous sommes en affaires courantes depuis un an et cela devient urgent. On peut toujours réfléchir à une modernisation de l'Etat mais cela demande du temps et de la confiance entre les partis. Ce que nous devons faire maintenant, c'est voter un budget, trouver des solutions socio-économiques pour la population", a souligné M. Crucke. Le ministre wallon n'exclut pas des réformes institutionnelles après 2024. "Je suis certain que nous aurons une autre situation qu'aujourd'hui, on aura déjà fait beaucoup de choses", a-t-il dit. (Belga)

"Selon moi, Rudy Demotte n'a pas seulement mis le feu à la maison Belgique mais aussi abattu la bourguignonne (coalition associant libéraux, socialistes et N-VA) et l'arc-en-ciel (socialistes, libéraux, écologistes). Car l'arc-en-ciel n'a que 76 sièges à la Chambre, c'est trop peu pour construire un gouvernement stable. Je me pose la question: le PS veut-il des élections?" a-t-il déclaré sur le plateau de Ter Zake (VRT). Le MR est toujours à la recherche de solutions, a-t-il assuré: "Nous allons tout essayer pour sauver le pays et je pense que maintenant, nous avons atterri: voulons-nous sauver le pays ou pas? Nous devons faire confiance aux deux informateurs: soit nous les laissons continuer pour trouver d'autres solutions que la bourguignonne ou l'arc-en-ciel, soit on continue les petits jeux de ce matin. Et ça, je ne veux pas". Les libéraux francophones ne veulent pas d'un round institutionnel. "Tout ce qui compte aujourd'hui, c'est le socio-économique. Nous sommes en affaires courantes depuis un an et cela devient urgent. On peut toujours réfléchir à une modernisation de l'Etat mais cela demande du temps et de la confiance entre les partis. Ce que nous devons faire maintenant, c'est voter un budget, trouver des solutions socio-économiques pour la population", a souligné M. Crucke. Le ministre wallon n'exclut pas des réformes institutionnelles après 2024. "Je suis certain que nous aurons une autre situation qu'aujourd'hui, on aura déjà fait beaucoup de choses", a-t-il dit. (Belga)