La découverte ces dernières années de gigantesques gisements gaziers en Méditerranée orientale a aiguisé l'appétit aussi bien d'Ankara que de Nicosie. La Turquie a récemment lancé de nouvelles activités de forage au large des côtes de Chypre, malgré les tensions que cela crée avec l'île. Cette dernière est divisée en deux depuis l'invasion de son tiers nord par l'armée turque en 1974 après un coup d'Etat visant à la rattacher à la Grèce. La République de Chypre, membre de l'Union européenne, n'exerce son autorité que sur les deux tiers sud de l'île. Au nord se trouve l'autoproclamée République turque de Chypre du Nord (RTCN), parrainée par Ankara et non reconnue par la communauté internationale. Après plusieurs avertissements et réprimandes européens, sans effets, les ministres des Affaires étrangères des Etats membres ont décidé lundi d'adopter des "mesures restrictives", encore indéterminées, pour sanctionner les responsables de ces forages. "Je présenterai, avec la Commission, une proposition de texte en ce sens dans les jours à venir", a précisé la cheffe de la diplomatie européenne. (Belga)