L'embuscade, dans laquelle le chef des Irréductibles de la Lazio a été blessé avant de succomber à ses blessures, s'est produite en plein jour, dans le parc des Acqueducs, non loin de Cinecitta, dans la banlieue de Rome. Selon les médias, la victime avait fait l'objet d'enquêtes par le passé dans des affaires de drogue et toutes les pistes sont envisagées par les enquêteurs, y compris celle d'un règlement de compte. Son agresseur l'aurait approché par derrière et aurait tiré à la hauteur de l'oreille gauche. C'est un passant qui a donné l'alerte. Diabolik et son groupe d'Ultras de la Curva Nord (le virage nord du Stade Olympique), mêlés à divers épisodes de violences dans les stades, s'étaient illustrés en août 2018 à la reprise du championnat par un tract sexiste où ils avaient estimé que les femmes ne devaient pas s'asseoir dans les premières rangées. "La Curva Nord est un lieu sacré. Les femmes, épouses ou fiancées, ne sont pas admises dans les 10 premières rangées. Nous invitons ceux qui ont choisi le stade comme alternative à une journée romantique à Villa Borghese (célèbre parc romain, ndlr) à choisir une autre tribune". Quelques mois plus tôt, des autocollants à caractère antisémite et injurieux avaient été trouvés dans le Stade Olympique sur les fauteuils du virage Sud, emplacement des supporteurs de l'AS Roma, le rival historique de la Lazio. Au milieu de photos d'Anne Frank et de maillots de la Roma figuraient des slogans comme "Romains juifs", "Romains pédés" ou "Romains pestiférés", portant la signature des "Irréductibles", le nom du groupe d'Ultras de Diabolik. (Belga)