Le processus a été lancé en novembre 2016, quand le cabinet du ministre a transmis un projet d'arrêté royal visant à réformer les allocations et indemnités de quelque 55.000 fonctionnaires fédéraux, parmi lesquels figurent les contrôleurs sociaux, fiscaux et en matière de santé. Depuis janvier, trois réunions techniques permettant aux syndicats de faire valoir leur point de vue ont eu lieu. Celles-ci se sont néanmoins déroulées en l'absence des experts techniques de l'administration. Mercredi, le ministre a fait savoir aux syndicats qu'il ouvrait un délai de négociation officiel. Les syndicats s'en étonnent, arguant notamment que la documentation n'a toujours pas été actualisée en fonction des réunions techniques et que les informations budgétaires demeurent floues. Les organisations syndicales demandent dès lors des négociations crédibles, afin de porter sereinement ce projet, qui doit remplacer pas moins de 33 arrêtés existants. Contacté par l'agence Belga, le cabinet de M. Vandeput répond par voie de communiqué que "le temps est venu de poursuivre la concertation avec les syndicats de manière constructive". Il souligne également que le projet respecte l'enveloppe budgétaire et ne prévoit aucune économie. (Belga)

Le processus a été lancé en novembre 2016, quand le cabinet du ministre a transmis un projet d'arrêté royal visant à réformer les allocations et indemnités de quelque 55.000 fonctionnaires fédéraux, parmi lesquels figurent les contrôleurs sociaux, fiscaux et en matière de santé. Depuis janvier, trois réunions techniques permettant aux syndicats de faire valoir leur point de vue ont eu lieu. Celles-ci se sont néanmoins déroulées en l'absence des experts techniques de l'administration. Mercredi, le ministre a fait savoir aux syndicats qu'il ouvrait un délai de négociation officiel. Les syndicats s'en étonnent, arguant notamment que la documentation n'a toujours pas été actualisée en fonction des réunions techniques et que les informations budgétaires demeurent floues. Les organisations syndicales demandent dès lors des négociations crédibles, afin de porter sereinement ce projet, qui doit remplacer pas moins de 33 arrêtés existants. Contacté par l'agence Belga, le cabinet de M. Vandeput répond par voie de communiqué que "le temps est venu de poursuivre la concertation avec les syndicats de manière constructive". Il souligne également que le projet respecte l'enveloppe budgétaire et ne prévoit aucune économie. (Belga)