Ces dernières semaines et ces derniers mois, la politique flamande tourne autour le fait de savoir quels partis le formateur flamand Bart De Wever souhaite intégrer au gouvernement flamand, en plus de sa N-VA : Open VLD, SP.A ou encore CD&V ? Ou même les trois ? Les formations longues où différents partis jouent leur rôle ne sont évidemment pas uniques. En 1987 et 1988, il y avait déjà eu le proverbial "Sire, donnez-moi cent jours" de Jean-Luc Dehaene (CVP). Après les élections du 24 novembre 1991 ("le dimanche noir"), il a fallu attendre le 7 mars pour qu'un nouveau gouvernement prête serment. Et en 2010-2011, la formation de 541 jours a même atteint le Guiness Book of Records.
...

Ces dernières semaines et ces derniers mois, la politique flamande tourne autour le fait de savoir quels partis le formateur flamand Bart De Wever souhaite intégrer au gouvernement flamand, en plus de sa N-VA : Open VLD, SP.A ou encore CD&V ? Ou même les trois ? Les formations longues où différents partis jouent leur rôle ne sont évidemment pas uniques. En 1987 et 1988, il y avait déjà eu le proverbial "Sire, donnez-moi cent jours" de Jean-Luc Dehaene (CVP). Après les élections du 24 novembre 1991 ("le dimanche noir"), il a fallu attendre le 7 mars pour qu'un nouveau gouvernement prête serment. Et en 2010-2011, la formation de 541 jours a même atteint le Guiness Book of Records.Néanmoins, la formation actuelle du gouvernement flamand est complètement différente. Dehaene savait exactement où il allait, même s'il lui a fallu beaucoup de temps pour atteindre cet objectif. Ce n'est que lorsque la grande coalition N-VA/PS a été mise à l'épreuve et jugée irréalisable qu'Elio Di Rupo a travaillé en dehors de la N-VA, précisément pour former un gouvernement qui devait montrer ce qui était possible sans la N-VA - avec en tête la scission de Bruxelles-Hal-Vilvorde. Même alors, les protagonistes savaient très bien sur quels projets ils travaillaient.Jamais au grand jamais a-t-on demandé à tous les partis disponibles de se tenir à disposition en même temps, afin de parvenir à une politique qui plairait à la fois à l'extrême droite et à la gauche classique, et à tout ce qui se situe entre les deux, des libéraux économiques aux démocrates chrétiens. C'est ce qui se passe soi-disant aujourd'hui. Comme si la direction de la N-VA réfléchissait depuis deux mois à quelle partie de son propre programme peut être le mieux réalisée avec le Vlaams Belang au cours du prochain mandat, ou avec le SP.A. Il ne s'agit probablement pas de mettre l'accent sur le fond. Il s'agit de cette autre chose : l'exercice du pouvoir.La grande traversée La N-VA a la réputation d'être un parti détaché du pouvoir. Elle le doit à son histoire. La première génération de membres de la N-VA a scindé la Volksunie en 2001 parce que la direction de la VU était trop indulgente vis-à-vis des partis au pouvoir violets. En septembre 2008, la N-VA a décidé de cesser de soutenir le gouvernement fédéral Leterme I. Par conséquent, un jour plus tard, Geert Bourgeois a dû démissionner de son poste de ministre de la N-VA au gouvernement flamand : la N-VA a renoncé au pouvoir sans sourciller. La véritable histoire de la crise de Marrakech de novembre 2018 n'a pas encore été écrite, mais le fait est que la N-VA a quitté le gouvernement Michel et a ainsi mis à disposition une série de fonctions gouvernementales convoitées - un vice-premier ministre, les affaires intérieures, les finances, la défense, la fonction publique, l'asile et la migration, la lutte contre la pauvreté, la politique scientifique, etc. Même si la N-VA avait provoqué la crise de Marrakech comme pièce maîtresse d'une stratégie électorale, De Wever et d'autres ont payé un prix que peu d'autres partis auraient osé payer.Néanmoins, ces dernières années, quelque chose de substantiel a changé à la N-VA. Il est difficile d'indiquer le moment exact auquel cela s'est produit. Était-ce le 14 octobre 2018, le jour des élections communales? Ce jour-là, De Wever a déclaré à la caméra du journaliste Paul Jambers : "Il est temps de se réconcilier. On ne peut pas continuer comme ça contre la gauche. J'en ai tellement marre de cette guerre tous les jours". Avant même que tous les votes n'aient été comptés, il avait largué son partenaire de coalition CD&V au profit des socialistes qu'il allait pourtant expulser à jamais du pouvoir.Ou cela s'est-il produit au moins deux ans auparavant, lorsque le groupe parlementaire N-VA a décidé en 2016 de ne pas voter pour la levée de l'immunité parlementaire du fraudeur du PS Alain Mathot, alors que le procureur de Liège l'avait demandée ? Le goût du pouvoir et de la politique d'arrière-boutique qui y est associée était-il déjà plus doux que le choix fondé sur des principes d'une politique transparente ?Ou le grand passage du programme au parti gouvernemental a-t-il eu lieu en 2013, avec le fameux "virage de Bracke" (le futur président du Parlement a expliqué dans De Standaard que la N-VA ne se concentrerait pas sur le confédéralisme dans un futur gouvernement, mais sur une politique de relance socio-économique) ?Ou bien la N-VA n'a-t-elle que récemment franchi le Rubicon, en mettant délibérément les négociations flamandes en suspens après les élections du 26 mai, jusqu'à ce que le PS (!) soit disposé à discuter avec la N-VA de la formation d'un gouvernement fédéral? Entre-temps, la N-VA devait également s'assurer que les autres partis flamands ne formeraient pas de gouvernement fédéral "sans majorité flamande", c'est-à-dire sans la N-VA. En 2011, la N-VA, en tant que plus grand parti flamand, a choisi de s'opposer résolument aux majorités multicolores de Di Rupo. Ainsi, Bart De Wever a mené son parti (localement) et son parti (parlement) à des victoires gigantesques en 2012 (localement) et 2014 (parlement).Le nouveau CVPAujourd'hui, la N-VA n'est plus le parti qui veut absolument mettre le confédéralisme sur la table (à moins qu'une version diluée ne soit convenue entre le PS et les autres partis francophones), ce n'est plus le parti qui jure par une politique socio-économique libérale (le SP.A devait être réparé au moins temporairement), et ce n'est plus le parti qui veut libérer la Flandre et la Belgique du socialisme, ni celui qui veut protéger le nationalisme flamand de la contamination extrémiste du Vlaams Belang. Au contraire, depuis le 26 mai, la N-VA reconnaît que le nationalisme flamand est également véhiculé par le VB.Cela met la plupart des principes de ce parti au frigo. Il faudra bientôt un gros congélateur pour garder tous les vieux principes N-VA au frais et les protéger contre la pourriture. Et pour quoi d'autre que pour le pouvoir, à Anvers, en Flandre et en Belgique, autrefois si maudite? Pour quelle autre raison Bart De Wever et Jan Jambon se présentaient-ils comme candidats au poste de ministre-président et de Premier ministre - ils n'ont plus caché leur désir de diriger eux-mêmes les gouvernements suivants? Sinon, pourquoi le ministre des Transports Ben Weyts aurait-il abandonné ses propres plans pour une redevance kilométrique? Pourquoi l'ancien secrétaire d'État Theo Francken répète-t-il sans cesse qu'il veut à nouveau l'asile et la migration, cette fois en tant que ministre à part entière ? La semaine dernière, il a cependant été éconduit lorsqu'il a frappé à la porte du centre d'asile de Parelstrand, en compagnie du département local de la N-VA à Lommel. À sa grande surprise, Fedasil ne l'a pas laissé entrer : les visites d'inspection sont réservées aux membres du gouvernement, et non aux parlementaires qui osent profiter d'une visite pour jeter le discrédit sur l'administration et s'attribuer les honneurs.Les mauvaises langues qualifient la N-VA de "nouveau CVP". C'est vrai en ce qui concerne l'image en soi du parti : la N-VA, elle aussi, se considère désormais comme l'émanation naturelle de la volonté du peuple flamand. Sur la base de cette prémisse, il est impensable d'être exclu du pouvoir. C'est pourquoi la N-VA et le VB se sont renforcés mutuellement ces derniers mois dans l'idée qu'une coalition de leurs deux partis nationalistes flamands le 26 mai était la véritable volonté des électeurs flamands. Les deux partis doivent d'abord être en mesure d'expliquer comment un gouvernement minoritaire pourrait être l'expression de la volonté de la majorité de la population flamande.Cela montre bien que même le VB est impatient d'y "participer". C'est le cas depuis longtemps, c'est peut-être un effet secondaire du cordon sanitaire : si vous êtes tenu à l'écart du pouvoir pendant quarante ans, vous finirez par éprouver un désir ardent pour ce qui a toujours été inatteignable. Déjà en 2006, Filip Dewinter a échoué dans sa tentative de devenir bourgmestre d'Anvers. Ensuite, Dewinter a dû faire face à un soulèvement déclenché par feue Marie-Rose Morel. Elle estimait que Dewinter était le plus grand obstacle pour les électeurs de droite "convenables" à voter en faveur du VB, et que le parti restait donc exclu de la participation au pouvoir. Cet argument est toujours entendu, mais il est de plus en plus faible.Écologistes de pacotille et socialistes hésitants La participation au pouvoir, c'est certainement ce que sont les trois "partis du gouvernement traditionnels ". Groen n'a pas encore atteint le statut de parti au pouvoir, mais plutôt celui d'un parti politique - certainement dans des dizaines de villes et de communes. Il aurait également aimé être présent aux discussions sur la formation flamande. C'est pourquoi De Standaard a rapporté le 23 avril, la semaine précédant les élections : "Groen a une équipe prête à négocier". L'énergie que Groen a alors déployée pour réunir des techniciens et des experts aurait probablement été mieux utilisée pour étudier les besoins de son électorat potentiel. Malgré les gains de sièges et de voix, le parti de pacotille Groen (dixit De Wever) n'a plus été invité à une réunion de formation depuis début juillet.C'est pourquoi les trois partis gouvernementaux classiques ont attendu tout l'été que la N-VA les invite. Ou pas. Le CD&V craint depuis des semaines un scénario anversois où la N-VA échange les chrétiens-démocrates contre les socialistes. Malgré les vives protestations de Bruno Tobback et Hans Bonte, une assez grande majorité des socialistes flamands semblent mourir d'envie d'entrer au gouvernement. Avec la maladresse qui le caractérise, le président du sp.a John Crombez, tente depuis des mois de le dissimuler : une coalition avec la N-VA serait "presque impossible", et " ce n'est pas parce que nous travaillons ensemble à Anvers que nous allons faire de même au niveau flamand ou fédéral ". Lorsque Crombez a finalement obtenu le feu vert pour parler à la N-VA, on a de nouveau dit que la "N-VA pourrait ne pas être en mesure de franchir la barre fixée par les socialistes". Alors que l'échevin anversois SP.A Tom Meeuws disait il y a des mois : "Si nous pouvons parvenir à un accord aussi bon et solide que celui d'Anvers, pourquoi ne le ferions-nous pas ?"La référence à Anvers n'est pas absurde. Elle montre surtout pourquoi De Wever veut que le SP.A le rejoigne. À Anvers, la participation socialiste à la politique a surtout apporté un confort supplémentaire à la N-VA. Le SP.A n'apporte pas seulement beaucoup d'expérience administrative, les socialistes corrigent aussi l'angle mort de l'approche N-VA (chaque parti a des angles morts) : ils accordent plus d'attention à l'aspect social et créent plus de bonne volonté dans l'opinion publique : l'année dernière les critiques contre le bourgmestre De Wever et le président du CPAS Fons Duchateau se sont presque tues.La plupart des membres du SP.A connaissent bien cette valeur marchande, peu importe à quel point elle diminue. C'est pourquoi les arguments classiques et pragmatiques, en particulier, sont pris en compte dans les discussions sur la formation d'un gouvernement. Premièrement, les dernières années ont montré que les socialistes n'engrangent que peu de bénéfices à se trouver dans l'opposition. Le SP.A n'est jamais aussi vert que Groen et jamais aussi rouge que le PVDA. Pour le dire cyniquement: il vaut mieux perdre ses voix dans la majorité que dans l'opposition. Parce que, et c'est le deuxième argument : les socialistes comprendraient l'art de jouer dans la cour des grands - c'est surtout Johan Vande Lanotte qui a répandu cette idée, bien que ses collègues du parti aient trouvé le bilan des dernières participations gouvernementales socialistes plutôt faible. Cependant, le syndicat socialiste avance encore un troisième argument : le SP.A doit gouverner, de préférence, à tous les niveaux possibles, car seule la présence des socialistes empêche les partis de droite au pouvoir de nuire au dialogue social. "Sans les socialistes, ce serait bien pire", entend-on.UnCD&V silencieux Kris Peeters et le CD&V ont également essayé de convaincre l'électeur avec une variante de cet argument - avec très peu de succès. Suite à leur lourde défaite, les démocrates-chrétiens flamands se taisent surtout depuis les élections.Si la N-VA empêche effectivement le CD&V d'entrer au parlement, cela pourrait être fatal pour un parti qui, sans pouvoir, perd une grande partie de son attrait (déclinant). C'est pourquoi tous les ténors du CD&V semblent avoir disparu de la surface de la Terre. Ils n'expriment aucune ambition, ni pour eux-mêmes ni pour leur parti, ils ne se plaignent pas, ils ne critiquent personne. Ils savent que les chrétiens-démocrates ont ce que les socialistes n'ont pas : le CD&V a 19 sièges, l'Open VLD 16, le SP.A seulement 13. Avec le SP.A, par exemple, un gouvernement N-VA/Open VLD/SP.A s'appuie sur une majorité d'à peine un (pour les questions régionales) à deux sièges (pour les questions communautaires).C'est pourquoi, bien que les libéraux se disputent entre eux, ils ne s'opposent pas non plus à la N-VA. Pourquoi le feraient-ils ? Pourquoi devraient-ils soudainement faire ce qu'ils n'ont pas fait depuis 2014 après les élections, à savoir faire une nette différence entre un parti libéral et un parti conservateur-nationaliste ? D'accord, de temps en temps Theo Francken a eu un succès grâce à "son style". Mais au gouvernement fédéral, l'Open VLD était généralement l'allié loyal de la N-VA dans la longue série de conflits avec le CD&V. Dans le gouvernement flamand, la présence libérale n'était pas mathématiquement nécessaire, et c'était évident. Rarement un ministre flamand n'a pu commencer avec autant de bonne volonté que Sven Gatz à la Culture. Malgré ce crédit, il a fait remarquablement peu de choses, hormis écrire quatre livres en cinq ans - même le journaliste professionnel moyen n'y parvient pas.Vingt ans de participation au pouvoir : on s'y habitue, on s'ennuie, ça continue encore et encore. Même le dernier conflit entre la présidente Gwendolyn Rutten et son département bruxellois tournait autour de la participation au pouvoir. Rutten voulait aussi les libéraux francophones du MR dans le gouvernement bruxellois. Non pas pour rédiger un accord administratif plus libéral, mais pour garder intactes les chances de l'Open VLD dans la formation du gouvernement fédéral.C'est un résumé terne de la politique flamande durant ces mois d'été. Le 26 mai, l'électeur avait, pour ainsi dire, donné un signal aux politiciens et aux partis : "Résolvez ça". Depuis lors, les politiciens et les partis semblent avoir été pris d'une peur sacrée de l'électeur. C'est pourquoi ils s'accrochent collectivement au pouvoir. C'est la position la plus sûre pour ceux qui ont peu à dire.