Kiev a par ailleurs ordonné la fermeture de l'espace aérien dans un rayon de 40 km autour du lieu de l'incendie à Balakliïa, près de Kharkiv, alors que la piste d'un sabotage, avec un engin explosif largué par un drone sur l'entrepôt est l'une des principales évoquées par les enquêteurs, selon un vice-ministre de l'Infrastructure, Iouri Lavreniouk. "Le corps d'une femme née en 1951 a été découvert sous les débris d'une maison détruite" à la suite des explosions, a déclaré le chef du Service des Situations d'urgence, Nikolaï Tchétchiotkine, lors d'un discours devant les députés. Cinq personnes ont également été blessées par les explosions. Trois d'entre elles ont dû être hospitalisées, ont déclaré les autorités sanitaires de la région à la télévision ukrainienne. L'incendie s'était déclaré dans la nuit de mercredi à jeudi dans le dépôt d'armes de Balakliïa abritant plus de 138.000 tonnes de munitions et d'obus principalement d'artillerie. Vendredi soir, le vice-ministre de la Défense Igor Pavlovski a finalement annoncé à la télévision qu'il avait été maîtrisé. Alors que les circonstances de l'incendie restaient floues, le Parquet militaire a ouvert une enquête pour "sabotage" et "négligence". Le ministre de la Défense Stepan Poltorak a pointé du doigt Moscou et les séparatistes pro russes comme auteurs de ce "sabotage", dans un contexte de tensions persistantes entre les autorités ukrainiennes et Moscou, accusé par Kiev de soutenir l'Est rebelle, ce que le Kremlin dément. Selon le ministère ukrainien de la Défense, un millier de militaires et six véhicules blindés de lutte anti incendie ont été déployés sur les lieux pour maîtriser le feu. La présidence a estimé que plus de 20.000 personnes avaient été évacuées au total. (Belga)

Kiev a par ailleurs ordonné la fermeture de l'espace aérien dans un rayon de 40 km autour du lieu de l'incendie à Balakliïa, près de Kharkiv, alors que la piste d'un sabotage, avec un engin explosif largué par un drone sur l'entrepôt est l'une des principales évoquées par les enquêteurs, selon un vice-ministre de l'Infrastructure, Iouri Lavreniouk. "Le corps d'une femme née en 1951 a été découvert sous les débris d'une maison détruite" à la suite des explosions, a déclaré le chef du Service des Situations d'urgence, Nikolaï Tchétchiotkine, lors d'un discours devant les députés. Cinq personnes ont également été blessées par les explosions. Trois d'entre elles ont dû être hospitalisées, ont déclaré les autorités sanitaires de la région à la télévision ukrainienne. L'incendie s'était déclaré dans la nuit de mercredi à jeudi dans le dépôt d'armes de Balakliïa abritant plus de 138.000 tonnes de munitions et d'obus principalement d'artillerie. Vendredi soir, le vice-ministre de la Défense Igor Pavlovski a finalement annoncé à la télévision qu'il avait été maîtrisé. Alors que les circonstances de l'incendie restaient floues, le Parquet militaire a ouvert une enquête pour "sabotage" et "négligence". Le ministre de la Défense Stepan Poltorak a pointé du doigt Moscou et les séparatistes pro russes comme auteurs de ce "sabotage", dans un contexte de tensions persistantes entre les autorités ukrainiennes et Moscou, accusé par Kiev de soutenir l'Est rebelle, ce que le Kremlin dément. Selon le ministère ukrainien de la Défense, un millier de militaires et six véhicules blindés de lutte anti incendie ont été déployés sur les lieux pour maîtriser le feu. La présidence a estimé que plus de 20.000 personnes avaient été évacuées au total. (Belga)