Parlant des tensions communautaires qui selon lui ne s'apaisent pas, M. Bourgeois a notamment affirmé que "la frontière linguistique est devenue une frontière de la grève, et les Flamands crachent sur cela". "Un ministre-président (qui parle) de cracher sur l'autre, lors de notre fête flamande. Où est la conscience flamande respectueuse? #pasenmonnom #respect", a twitté M. Bothuyne. Interrogé par Belga, le député CD&V s'est demandé pourquoi Geert Bourgeois n'avait rien dit d'une Flandre vue comme une entité fédérée solide et affirmée en Belgique. "La Flandre a reçu des compétences qui permettent de donner des perspectives aux Flamands. Pourquoi donc devrait-il être question de cracher sur l'autre? Et même s'il fallait demander de nouvelles compétences, la dernière chose à faire est de cracher sur ceux avec qui l'on doit dialoguer". A ses yeux, "ce n'est pas là le registre de langage que l'on attend d'un ministre-président, cela fait plutôt penser à celui de Donald Trump ou de Nigel Farage". (Belga)

Parlant des tensions communautaires qui selon lui ne s'apaisent pas, M. Bourgeois a notamment affirmé que "la frontière linguistique est devenue une frontière de la grève, et les Flamands crachent sur cela". "Un ministre-président (qui parle) de cracher sur l'autre, lors de notre fête flamande. Où est la conscience flamande respectueuse? #pasenmonnom #respect", a twitté M. Bothuyne. Interrogé par Belga, le député CD&V s'est demandé pourquoi Geert Bourgeois n'avait rien dit d'une Flandre vue comme une entité fédérée solide et affirmée en Belgique. "La Flandre a reçu des compétences qui permettent de donner des perspectives aux Flamands. Pourquoi donc devrait-il être question de cracher sur l'autre? Et même s'il fallait demander de nouvelles compétences, la dernière chose à faire est de cracher sur ceux avec qui l'on doit dialoguer". A ses yeux, "ce n'est pas là le registre de langage que l'on attend d'un ministre-président, cela fait plutôt penser à celui de Donald Trump ou de Nigel Farage". (Belga)