Deuxième long métrage de l'Irlandais Lorcan Finnegan, "Vivarium", coproduit par la société belge FraKas Production, a notamment bénéficié du soutien de Wallimage, Casa Kafka Pictures et Be tv. Pour cette oeuvre de science-fiction, le réalisateur explique s'être entre autres inspiré de certaines tableaux de René Magritte, comme "L'Empire des lumières". "Mon film est tordu, étrange, surréaliste et sombre", souligne Lorcan Finnegan. "J'avais fait un court métrage surnaturel, dont le titre était 'Foxes', avec Garret Shanley, le même scénariste que pour Vivarium. (...) En travaillant sur ce court, nous avons développé certains thèmes que nous voulions approfondir: l'atomisation de la société et la nature apparemment inéluctable du contrat social." De son côté, la Quinzaine des réalisateurs, qui vise à mettre en lumière le travail de jeunes auteurs ainsi qu'à saluer les ?uvres de cinéastes reconnus, a pour sa part accueilli samedi "Alice et le maire", deuxième long métrage du Français Nicolas Pariser, ex-critique de cinéma. Le film, coproduit par Scope Picture, plonge dans le monde de la politique. Fabrice Luchini y campe un maire en perdition à qui l'on adjoint une jeune et brillante philosophe. (Belga)