Premier long métrage de fiction de César Diaz produit par Need Productions, "Nuestras Madres" évoque le parcours d'un personnage en quête de ses origines, alors que le Guatemala juge au même moment des militaires à l'origine d'une guerre civile qui a fait des centaines de milliers de morts durant des décennies. Le film renvoie à la propre histoire du réalisateur, né en 1978 et dont le père a disparu en 1981. "On estime qu'on a identifié à ce jour un pour cent des disparus en 20 ans. Il n'y a pas de volonté politique. Si on avait accès aux dossiers militaires, on irait plus vite", regrette César Diaz, qui a fait une partie de ses études en Belgique. En parallèle à la Semaine de la Critique, "Nuestras Madres" concourt également pour la Caméra d'or, qui récompense le meilleur premier film toutes sections confondues et qui sera remise lors de la cérémonie de clôture samedi soir. De son côté, Valentina Maurel, qui avait obtenu le premier prix de la Cinéfondation il y a deux ans avec "Paul est là", est de retour à Cannes avec "Lucia en el limbo". Le court métrage produit par Wrong Men raconte l'histoire d'une adolescente pressée de grandir et prête à se faire violence pour y arriver. Née en 1988 au Costa Rica, la jeune réalisatrice a fait des études de cinéma à l'INSAS et écrit actuellement son premier long métrage. (Belga)