"Désormais, nous ne pouvons financer que 20 % des demandes qui nous parviennent pour une recherche ou un doctorat, alors que 60 % des sujets de recherche proposés sont qualifiés, après évaluation, d'exceptionnels ou d'excellents. C'est un niveau historiquement bas", déplore Véronique Halloin, la secrétaire générale du FNRS. Ce taux s'explique en grande partie par une croissance importante du nombre de candidatures déposées. En 2005, il y avait 534 candidats à une bourse de doctorat. Il y en a chaque année plus de mille depuis 2014. Il y a aussi chaque année plus de 500 candidats à un mandat de postdoctorat. Ils étaient 155 en 2005. Le Fonds souffre, à l'instar de l'ensemble de l'enseignement supérieur, d'un manque de financement structurel par rapport au nombre de chercheurs, et au coût croissant des recherches scientifiques. Mme Halloin espère que "la Communauté française reverra son budget à la hausse. Nous espérons également un intérêt de la part de la Ré­gion wallonne et du fédéral qui participent en partie à notre financement." (Belga)

"Désormais, nous ne pouvons financer que 20 % des demandes qui nous parviennent pour une recherche ou un doctorat, alors que 60 % des sujets de recherche proposés sont qualifiés, après évaluation, d'exceptionnels ou d'excellents. C'est un niveau historiquement bas", déplore Véronique Halloin, la secrétaire générale du FNRS. Ce taux s'explique en grande partie par une croissance importante du nombre de candidatures déposées. En 2005, il y avait 534 candidats à une bourse de doctorat. Il y en a chaque année plus de mille depuis 2014. Il y a aussi chaque année plus de 500 candidats à un mandat de postdoctorat. Ils étaient 155 en 2005. Le Fonds souffre, à l'instar de l'ensemble de l'enseignement supérieur, d'un manque de financement structurel par rapport au nombre de chercheurs, et au coût croissant des recherches scientifiques. Mme Halloin espère que "la Communauté française reverra son budget à la hausse. Nous espérons également un intérêt de la part de la Ré­gion wallonne et du fédéral qui participent en partie à notre financement." (Belga)