Un serveur vulnérable a stocké 419 millions de dossiers d'utilisateurs du premier réseau social mondial sur plusieurs bases de données, dont 133 millions de comptes aux Etats-Unis, plus de 50 millions au Vietnam et 18 millions en Grande-Bretagne, selon le site américain. Les bases de données répertoriaient les identités des utilisateurs de Facebook --une combinaison de chiffres unique pour chaque compte-- ainsi que les numéros de téléphone associés aux profils, le sexe pour certains comptes et la localisation géographique. Le serveur n'était pas protégé par un mot de passe. Il est resté en ligne jusqu'à tard mercredi, quand TechCrunch a contacté l'hébergeur. Facebook a partiellement confirmé les informations de TechCrunch mais minimisé l'incident, assurant qu'en l'état actuel des vérifications le nombre de comptes concernés ne représentait que la moitié environ des 419 millions évoqués. Le groupe a ajouté que nombre d'entre eux étaient des copies et que les données étaient anciennes. "Cet ensemble de données a été retiré et nous n'avons vu aucun signe montrant que des comptes Facebook aient vu leur sécurité compromise", a indiqué à l'AFP un porte-parole. (Belga)