Le coup d'envoi de ces travaux sera donné ce jeudi soir à Namur. Ils se poursuivront tout l'automne pour aboutir à des conclusions qui seront présentées lors du Congrès Résilience, les 1er et 2 décembre prochains, au cours duquel Jacques Attali prendra notamment la parole. Concrètement, ces travaux - coprésidés par Maria Mancilla Garcia (ULB) et François Gemenne (ULiège) - viseront à établir un diagnostic des vulnérabilités de la Wallonie face aux risques environnementaux et à élaborer une vision d'une Région résiliente. Ils devront également aboutir à des recommandations en termes d'outils de gouvernance et de monitoring pour anticiper et gérer ces risques. "Les inondations de cet été, mais aussi les autres phénomènes extrêmes qui ont touché l'Europe ces derniers mois ou la crise sanitaire nous font prendre conscience de notre vulnérabilité face aux changements climatiques et à l'érosion de la biodiversité. A côté des actions essentielles visant à réduire ces risques environnementaux, il est temps de préparer notre territoire et d'adapter notre façon de gouverner face à ces crises majeures", souligne la ministre Tellier. "Accroitre la résilience de la Wallonie sera essentiel dans les prochaines années pour mieux protéger la population de notre région et son environnement", ajoute-t-elle encore. (Belga)

Le coup d'envoi de ces travaux sera donné ce jeudi soir à Namur. Ils se poursuivront tout l'automne pour aboutir à des conclusions qui seront présentées lors du Congrès Résilience, les 1er et 2 décembre prochains, au cours duquel Jacques Attali prendra notamment la parole. Concrètement, ces travaux - coprésidés par Maria Mancilla Garcia (ULB) et François Gemenne (ULiège) - viseront à établir un diagnostic des vulnérabilités de la Wallonie face aux risques environnementaux et à élaborer une vision d'une Région résiliente. Ils devront également aboutir à des recommandations en termes d'outils de gouvernance et de monitoring pour anticiper et gérer ces risques. "Les inondations de cet été, mais aussi les autres phénomènes extrêmes qui ont touché l'Europe ces derniers mois ou la crise sanitaire nous font prendre conscience de notre vulnérabilité face aux changements climatiques et à l'érosion de la biodiversité. A côté des actions essentielles visant à réduire ces risques environnementaux, il est temps de préparer notre territoire et d'adapter notre façon de gouverner face à ces crises majeures", souligne la ministre Tellier. "Accroitre la résilience de la Wallonie sera essentiel dans les prochaines années pour mieux protéger la population de notre région et son environnement", ajoute-t-elle encore. (Belga)