Le chancelier Karl Nehammer a évoqué devant la presse à Vienne "une situation très grave", "un nouveau défi" posé par l'extrême contagiosité d'Omicron. Le nombre de nouvelles contaminations quotidiennes a ainsi bondi à près de 10.000 mercredi, contre quelque 3.000 début janvier, dans ce pays d'Europe centrale de 8,9 millions d'habitants. A partir de la semaine prochaine, le masque FFP2, déjà obligatoire en Autriche depuis janvier 2021 dans les transports et lieux publics fermés, le sera aussi dans la rue. En particulier quand la distance de deux mètres ne pourra pas être respectée, par exemple sur les passages piétons ou dans les files d'attente. Plus ajusté sur le visage et plus couvrant, ce masque est plus filtrant, de par sa forme et sa matière, que le masque chirurgical. Les contrôles du pass vaccinal vont par ailleurs être renforcés, tandis que les règles d'isolement des malades et de leurs proches seront allégées pour éviter la paralysie économique du pays. Le chef du gouvernement n'a pas exclu un nouveau confinement si la situation dans les hôpitaux devait se dégrader, le dernier en date ayant pris fin le 12 décembre pour les vaccinés. Les non-vaccinés demeurent eux interdits de sortie. (Belga)

Le chancelier Karl Nehammer a évoqué devant la presse à Vienne "une situation très grave", "un nouveau défi" posé par l'extrême contagiosité d'Omicron. Le nombre de nouvelles contaminations quotidiennes a ainsi bondi à près de 10.000 mercredi, contre quelque 3.000 début janvier, dans ce pays d'Europe centrale de 8,9 millions d'habitants. A partir de la semaine prochaine, le masque FFP2, déjà obligatoire en Autriche depuis janvier 2021 dans les transports et lieux publics fermés, le sera aussi dans la rue. En particulier quand la distance de deux mètres ne pourra pas être respectée, par exemple sur les passages piétons ou dans les files d'attente. Plus ajusté sur le visage et plus couvrant, ce masque est plus filtrant, de par sa forme et sa matière, que le masque chirurgical. Les contrôles du pass vaccinal vont par ailleurs être renforcés, tandis que les règles d'isolement des malades et de leurs proches seront allégées pour éviter la paralysie économique du pays. Le chef du gouvernement n'a pas exclu un nouveau confinement si la situation dans les hôpitaux devait se dégrader, le dernier en date ayant pris fin le 12 décembre pour les vaccinés. Les non-vaccinés demeurent eux interdits de sortie. (Belga)