"Une nécessité pour conserver la compétitivité internationale de nos entreprises", justifie l'exécutif Jambon (N-VA, CD&V, Open Vld) dans l'accord de gouvernement. Entre 2015 et 2018, ce dispositif a permis le versement, vie un fonds pour le climat, de 148 millions d'euros aux grandes entreprises de la région, principalement actives dans les secteurs de l'acier et de la chimie comme ArcelorMittal à Gand ou BASF à Anvers. Le géant pétrolier américain ExxonMobil, qui possède une raffinerie à Anvers, a également bénéficié au cours de la même période de 5,6 millions d'euros, d'après des chiffres du gouvernement relayés par les ONG Bond Beter Leefmilieu et Greenpeace. Cette année, les autorités flamandes ont prévu 34,5 millions d'euros supplémentaires. Les deux organisations environnementales jugent "incompréhensible" que le gouvernement taille dans les subsides dédiés aux voitures électriques, notamment, tout en soutenant de grandes entreprises émettrices de CO2. "Pendant cinq ans, ExxonMobil, qui a réalisé un bénéfice de 20 milliards de dollars l'an dernier, bénéficiera encore de l'argent du fonds pour le climat", dénoncent-elles. (Belga)