La disparition du village de Doel avait été décidée il y a 20 ans pour permettre la construction d'un nouveau bassin du port d'Anvers. Il y a deux ans, le gouvernement régional avait finalement opté pour des travaux d'extension du port permettant de sauvegarder le petit village. Les autorités flamandes envisagent à présent de repeupler le bourg, passablement dégradé. Entre graffitis, squatteurs et quelques curieux venant se frotter au village devenu presque fantôme, seule l'église conserve sa superbe. "Nous avons décidé de relancer la procédure et d'avancer conjointement avec le groupe de travail formé par la commune de Beveren, le gouvernement flamand et les différents comités d'action représentés", a déclaré le ministre flamand du Logement, Matthias Diependaele. "L'étude résidentielle doit indiquer ce qui peut encore être envisagé à Doel, sachant qu'un quai à conteneurs sera construit juste à côté et que celui-ci fonctionnera 24 heures sur 24, 7 jours sur 7." (Belga)

La disparition du village de Doel avait été décidée il y a 20 ans pour permettre la construction d'un nouveau bassin du port d'Anvers. Il y a deux ans, le gouvernement régional avait finalement opté pour des travaux d'extension du port permettant de sauvegarder le petit village. Les autorités flamandes envisagent à présent de repeupler le bourg, passablement dégradé. Entre graffitis, squatteurs et quelques curieux venant se frotter au village devenu presque fantôme, seule l'église conserve sa superbe. "Nous avons décidé de relancer la procédure et d'avancer conjointement avec le groupe de travail formé par la commune de Beveren, le gouvernement flamand et les différents comités d'action représentés", a déclaré le ministre flamand du Logement, Matthias Diependaele. "L'étude résidentielle doit indiquer ce qui peut encore être envisagé à Doel, sachant qu'un quai à conteneurs sera construit juste à côté et que celui-ci fonctionnera 24 heures sur 24, 7 jours sur 7." (Belga)