Installé au sommet de la tour du complexe énergétique MBR Solar Park à Dubaï, le récepteur, intégralement développé par John Cockerill, fait aujourd'hui partie du mix technologique nécessaire à la transition énergétique et à la décarbonation des activités humaines. L'entreprise liégeoise avait décroché le contrat pour la conception et la fourniture de ce récepteur solaire thermique en 2018. Trois ans plus tard, il est en voie de finalisation et devrait être opérationnel avant la fin de cette année, a pu constater la délégation belge ce mardi. La centrale thermo-solaire pourra alors développer ses 100 MW de capacité électrique. Associée aux autres équipements du MBR Solar Park, elle fournira de l'électricité à quelque 320.000 ménages et permettra d'éviter 1,6 million de tonnes de CO2 par an. Installé à 260 mètres de hauteur, le récepteur thermo-solaire est capable d'absorber l'énergie solaire lui parvenant des miroirs placés autour de la tour grâce à un fluide composé de sels fondus. Ces derniers sont accumulés dans d'énormes réservoirs à la base de la tour, où ils conservent leur haute température pendant une quinzaine d'heures, ce qui permet à la centrale de fonctionner jour et nuit. "John Cockerill est véritablement investi dans la lutte contre le réchauffement climatique. Cette centrale thermo-solaire en est un bel exemple", s'est félicité Jean-Luc Maurange, l'administrateur délégué de l'entreprise. "Et pour les régions où le soleil brille moins souvent qu'ici, nous proposons d'autres technologies dédiées à la transition énergétique, comme des électrolyseurs qui permettent de produire de l'hydrogène par électrolyse de l'eau ; des chaudières pour centrales électriques à cycle combiné gaz/vapeur ou encore la biomasse, l'hydro-électricité, le stockage par batteries, sans oublier le nucléaire", a-t-il ajouté. Outre la centrale de Dubaï, John Cockerill a également équipé les centrales Khi Solar One (Afrique du Sud), Haixi (Chine) et Cerro Dominador (Chili). Un cinquième projet est actuellement en cours de réalisation, à nouveau en Afrique du Sud, et d'autres devraient suivre, a enfin indiqué l'entreprise. (Belga)

Installé au sommet de la tour du complexe énergétique MBR Solar Park à Dubaï, le récepteur, intégralement développé par John Cockerill, fait aujourd'hui partie du mix technologique nécessaire à la transition énergétique et à la décarbonation des activités humaines. L'entreprise liégeoise avait décroché le contrat pour la conception et la fourniture de ce récepteur solaire thermique en 2018. Trois ans plus tard, il est en voie de finalisation et devrait être opérationnel avant la fin de cette année, a pu constater la délégation belge ce mardi. La centrale thermo-solaire pourra alors développer ses 100 MW de capacité électrique. Associée aux autres équipements du MBR Solar Park, elle fournira de l'électricité à quelque 320.000 ménages et permettra d'éviter 1,6 million de tonnes de CO2 par an. Installé à 260 mètres de hauteur, le récepteur thermo-solaire est capable d'absorber l'énergie solaire lui parvenant des miroirs placés autour de la tour grâce à un fluide composé de sels fondus. Ces derniers sont accumulés dans d'énormes réservoirs à la base de la tour, où ils conservent leur haute température pendant une quinzaine d'heures, ce qui permet à la centrale de fonctionner jour et nuit. "John Cockerill est véritablement investi dans la lutte contre le réchauffement climatique. Cette centrale thermo-solaire en est un bel exemple", s'est félicité Jean-Luc Maurange, l'administrateur délégué de l'entreprise. "Et pour les régions où le soleil brille moins souvent qu'ici, nous proposons d'autres technologies dédiées à la transition énergétique, comme des électrolyseurs qui permettent de produire de l'hydrogène par électrolyse de l'eau ; des chaudières pour centrales électriques à cycle combiné gaz/vapeur ou encore la biomasse, l'hydro-électricité, le stockage par batteries, sans oublier le nucléaire", a-t-il ajouté. Outre la centrale de Dubaï, John Cockerill a également équipé les centrales Khi Solar One (Afrique du Sud), Haixi (Chine) et Cerro Dominador (Chili). Un cinquième projet est actuellement en cours de réalisation, à nouveau en Afrique du Sud, et d'autres devraient suivre, a enfin indiqué l'entreprise. (Belga)