Israël et les Émirats arabes unis, dont fait partie l'émirat de Dubaï, ont signé un accord de normalisation de leurs relations en septembre 2020. Les deux pays ont depuis multiplié les domaines de coopération, en particulier dans celui des échanges commerciaux. "Nous sommes très heureux d'être ici. C'est la première fois que l'exposition universelle est organisée au Moyen-Orient et la première fois qu'Israël participe à un événement d'une telle ampleur dans un État arabe", a déclaré à l'AFP Menachem Gantz, porte-parole du pavillon. Ce dernier, érigé sous la supervision du ministre israélien des Affaires étrangères, est "composé d'éléments qui montrent à quel point nous nous ressemblons, comme le sable par exemple", a-t-il ajouté lors d'une visite en avant-première pour les médias. Avec des économies touchées par la pandémie de Covid-19, les Émirats arabes unis et Israël espèrent tirer des profits économiques de leurs nouvelles relations. Dubaï, en particulier, mise dessus, les secteurs du tourisme, des technologies, du commerce et de la finance étant très importants pour cet émirat. Les Émirats arabes unis ont été le premier pays du Golfe à reconnaître Israël, suivis ensuite par Bahreïn dans le cadre des accords d'Abraham signés en 2020 sous l'égide de Washington. Le Maroc et le Soudan avaient emboîté le pas. Avant les Émirats, seuls l'Égypte et la Jordanie avaient établi des liens officiels avec Israël via des accords de paix signés respectivement en 1979 et 1994. Mais les deux pays ont cultivé une paix froide avec leur voisin, en raison du fort soutien de leurs populations à la cause palestinienne. Les Palestiniens ont dénoncé les accords d'Abraham comme une trahison, la fin de l'occupation israélienne des territoires palestiniens étant restée longtemps une condition à toute normalisation des relations des pays arabes avec l'État hébreu. (Belga)

Israël et les Émirats arabes unis, dont fait partie l'émirat de Dubaï, ont signé un accord de normalisation de leurs relations en septembre 2020. Les deux pays ont depuis multiplié les domaines de coopération, en particulier dans celui des échanges commerciaux. "Nous sommes très heureux d'être ici. C'est la première fois que l'exposition universelle est organisée au Moyen-Orient et la première fois qu'Israël participe à un événement d'une telle ampleur dans un État arabe", a déclaré à l'AFP Menachem Gantz, porte-parole du pavillon. Ce dernier, érigé sous la supervision du ministre israélien des Affaires étrangères, est "composé d'éléments qui montrent à quel point nous nous ressemblons, comme le sable par exemple", a-t-il ajouté lors d'une visite en avant-première pour les médias. Avec des économies touchées par la pandémie de Covid-19, les Émirats arabes unis et Israël espèrent tirer des profits économiques de leurs nouvelles relations. Dubaï, en particulier, mise dessus, les secteurs du tourisme, des technologies, du commerce et de la finance étant très importants pour cet émirat. Les Émirats arabes unis ont été le premier pays du Golfe à reconnaître Israël, suivis ensuite par Bahreïn dans le cadre des accords d'Abraham signés en 2020 sous l'égide de Washington. Le Maroc et le Soudan avaient emboîté le pas. Avant les Émirats, seuls l'Égypte et la Jordanie avaient établi des liens officiels avec Israël via des accords de paix signés respectivement en 1979 et 1994. Mais les deux pays ont cultivé une paix froide avec leur voisin, en raison du fort soutien de leurs populations à la cause palestinienne. Les Palestiniens ont dénoncé les accords d'Abraham comme une trahison, la fin de l'occupation israélienne des territoires palestiniens étant restée longtemps une condition à toute normalisation des relations des pays arabes avec l'État hébreu. (Belga)