Un ancien démineur de l'armée, passionné d'armement, a perdu la vie, jeudi matin peu avant 09h00, lorsqu'un obus de 75 millimètres qu'il manipulait lui a explosé dans les mains. L'annexe de son habitation, située rue de la Gripelotte à Anderlues, a été détruite. Un début d'incendie s'y est déclaré mais a rapidement été éteint par les pompiers de Thuin et de Binche. Sur place, les forces de l'ordre ont découvert un véritable arsenal. L'octogénaire détenait en effet des centaines d'armes de tous calibres, ainsi que des grenades, des obus, des roquettes et d'autres accessoires militaires. Le Service d'enlèvement et de destruction des engins explosifs (SEDEE) s'est rendu sur place et a pris en charge une partie de la collection de la victime. Selon le bourgmestre d'Anderlues, Philippe Tison, une dizaine d'obus trop instables pour être déplacés sur une longue distance ont été acheminés vers un terrain agricole de la commune pour y être détruits en fin d'après-midi. Le reste a été emporté par les démineurs afin d'être démilitarisé. La police locale d'Anderlues se charge quant à elle d'inventorier les centaines d'armes à feu et de vérifier les autorisations de détention via les numéros de série. Selon le bourgmestre, la victime était détentrice de nombreuses licences. Jeudi soir, la rue de la Gripelotte était toujours fermée à la circulation. (Belga)

Un ancien démineur de l'armée, passionné d'armement, a perdu la vie, jeudi matin peu avant 09h00, lorsqu'un obus de 75 millimètres qu'il manipulait lui a explosé dans les mains. L'annexe de son habitation, située rue de la Gripelotte à Anderlues, a été détruite. Un début d'incendie s'y est déclaré mais a rapidement été éteint par les pompiers de Thuin et de Binche. Sur place, les forces de l'ordre ont découvert un véritable arsenal. L'octogénaire détenait en effet des centaines d'armes de tous calibres, ainsi que des grenades, des obus, des roquettes et d'autres accessoires militaires. Le Service d'enlèvement et de destruction des engins explosifs (SEDEE) s'est rendu sur place et a pris en charge une partie de la collection de la victime. Selon le bourgmestre d'Anderlues, Philippe Tison, une dizaine d'obus trop instables pour être déplacés sur une longue distance ont été acheminés vers un terrain agricole de la commune pour y être détruits en fin d'après-midi. Le reste a été emporté par les démineurs afin d'être démilitarisé. La police locale d'Anderlues se charge quant à elle d'inventorier les centaines d'armes à feu et de vérifier les autorisations de détention via les numéros de série. Selon le bourgmestre, la victime était détentrice de nombreuses licences. Jeudi soir, la rue de la Gripelotte était toujours fermée à la circulation. (Belga)