Le bilan des blessés, d'abord estimé à trente personnes, a été revu à la hausse au fil des heures pour atteindre le chiffre de 136. En fin de soirée, 88 personnes étaient toujours hospitalisées, selon le directeur de la firme Pemex, José Antonio Gonzalez. Parmi elles, 13 se trouvaient dans un état grave. Une cinquantaine de blessés plus légers avaient pu auparavant regagner leur domicile. La déflagration a eu lieu sur un site qui produit notamment du chlorure de vinyle et de l'acide chlorhydrique, pour l'entreprise Petroquimica Mexicana de Vinilo (PMV), opérant pour le compte du géant pétrolier Pemex, à Coatzacoalcos, près du golfe du Mexique. Les autorités tentent de déterminer les causes du sinistre. Selon les premiers éléments, l'explosion aurait été provoqué par "une fuite de matières inflammables", a indiqué Gonzalez. Un "nuage de produits chimiques" s'est élevé à la suite de l'explosion et était en train de se disperser en fin d'après-midi, a affirmé Pemex dans un communiqué. (Belga)

Le bilan des blessés, d'abord estimé à trente personnes, a été revu à la hausse au fil des heures pour atteindre le chiffre de 136. En fin de soirée, 88 personnes étaient toujours hospitalisées, selon le directeur de la firme Pemex, José Antonio Gonzalez. Parmi elles, 13 se trouvaient dans un état grave. Une cinquantaine de blessés plus légers avaient pu auparavant regagner leur domicile. La déflagration a eu lieu sur un site qui produit notamment du chlorure de vinyle et de l'acide chlorhydrique, pour l'entreprise Petroquimica Mexicana de Vinilo (PMV), opérant pour le compte du géant pétrolier Pemex, à Coatzacoalcos, près du golfe du Mexique. Les autorités tentent de déterminer les causes du sinistre. Selon les premiers éléments, l'explosion aurait été provoqué par "une fuite de matières inflammables", a indiqué Gonzalez. Un "nuage de produits chimiques" s'est élevé à la suite de l'explosion et était en train de se disperser en fin d'après-midi, a affirmé Pemex dans un communiqué. (Belga)