Les associations expliquent que le traitement de l'homophobie est un enjeu majeur de santé publique. Le discrimination poussent à l'exclusion et la prise de risque, selon elles. "Depuis plus de 30 ans, la stigmatisation et la pénalisation de l'homosexualité font le lit de l'épidémie de VIH. S'attaquer aux discriminations individuelles et à la criminalisation de l'homosexualité encore en vigueur dans plus de 70 pays, c'est permettre à des millions de personnes de vivre pleinement leur identité. C'est aussi leur garantir un réel accès aux soins et à la prévention." Des membres d'Ex Aequo distribueront de l'Homophobiol© durant la Belgian Pride à Bruxelles. Les deux associations ont par ailleurs annoncé leur partenariat pour lutter contre le VIH dans les communautés gays de Belgique et de France. "Parce que l'épidémie qui frappe les gays dans les capitales européennes appelle à des réponses coordonnées qui ne s'arrêtent pas à la frontière, nos deux associations ont décidé de s'unir." De nouveaux projets communs suivront cette première initiative lancée par Ex Aequo et AIDES, concluent les organisations belge et française. (Belga)

Les associations expliquent que le traitement de l'homophobie est un enjeu majeur de santé publique. Le discrimination poussent à l'exclusion et la prise de risque, selon elles. "Depuis plus de 30 ans, la stigmatisation et la pénalisation de l'homosexualité font le lit de l'épidémie de VIH. S'attaquer aux discriminations individuelles et à la criminalisation de l'homosexualité encore en vigueur dans plus de 70 pays, c'est permettre à des millions de personnes de vivre pleinement leur identité. C'est aussi leur garantir un réel accès aux soins et à la prévention." Des membres d'Ex Aequo distribueront de l'Homophobiol© durant la Belgian Pride à Bruxelles. Les deux associations ont par ailleurs annoncé leur partenariat pour lutter contre le VIH dans les communautés gays de Belgique et de France. "Parce que l'épidémie qui frappe les gays dans les capitales européennes appelle à des réponses coordonnées qui ne s'arrêtent pas à la frontière, nos deux associations ont décidé de s'unir." De nouveaux projets communs suivront cette première initiative lancée par Ex Aequo et AIDES, concluent les organisations belge et française. (Belga)