Dans un premier temps, même si la N-VA a régressé légèrement ce 26 mai 2019, le Vlaams Belang lui réalise son meilleur score à la Chambre depuis la création du parti. D'environ 13 % de voix cumulées en 1991 jusqu'aujourd'hui 28 %, c'est peu dire que l'évolution nationaliste est énorme. Quasi...

Dans un premier temps, même si la N-VA a régressé légèrement ce 26 mai 2019, le Vlaams Belang lui réalise son meilleur score à la Chambre depuis la création du parti. D'environ 13 % de voix cumulées en 1991 jusqu'aujourd'hui 28 %, c'est peu dire que l'évolution nationaliste est énorme. Quasiment trois Belges sur dix. Hormis de toutes petites régressions en 2003 et 2014, les votes nationalistes flamands n'ont cessé d'augmenter pour atteindre aujourd'hui un tiers des votes exprimés dans le pays. Petite remarque ; sur le graphique qui suit, la N-VA n'est pas représentée en 2007 puisqu'elle s'était alliée au CD&V. Ensemble ils avaient tout de même réalisé un score de 18,51 % avec 30 députés, dont 5 étiquetés N-VA. Dans un second temps, au Parlement flamand l'évolution du vote nationaliste flamand est plus linéaire qu'à la Chambre. Depuis 1989 il y a une croissance constante des partis nationalistes. D'un 4 % de voix combinées par le Vlaams Blok et la Volksunie en 1989, on est passé à 21 % cinq ans plus tard (toujours Vlaams Blok + Volksunie) pour légèrement évoluer à chaque législature. La N-VA et le Vlaams Belang passeront la barre des 30 % avec 37 % des voix en 2014 pour atteindre les 43 % aujourd'hui soit presque un Flamand sur deux. Petite remarque aussi, en 2004 la N-VA n'est pas représentée non plus sur le graphique puisqu'elle s'était alliée avec le CD&V. Ils avaient réalisé un score de 26 % avec 35 députés, dont 6 N-VA.Antoine Denis