L'attaque par des rebelles musulmans présumés de cette ancienne école reconvertie en prison décrépie sur l'île de Mindanao (sud) a permis à 158 détenus de se faire la belle dans la plus grande évasion de l'histoire de l'archipel. Cinq ont été abattus mercredi. Les recherches sont rendues compliquées par la nature du terrain autour de la prison de Kidapawan, localité à une cinquantaine de kilomètres à l'ouest de Davao, principale ville de l'île méridionale de Mindanao. "C'est une zone très vaste. Outre les plantations de sucre, de caoutchouc ou de noix de coco, il y a des endroits et des camps tenus par des rebelles dans lesquels nous ne pouvons pas facilement entrer", a déclaré à l'AFP Peter Bongngat, un des responsables de la prison. Une insurrection séparatiste musulmane est à l'oeuvre depuis des décennies dans le sud des Philippines. Certains mouvements se sont récemment réclamés de l'organisation Etat islamique (EI). (Belga)

L'attaque par des rebelles musulmans présumés de cette ancienne école reconvertie en prison décrépie sur l'île de Mindanao (sud) a permis à 158 détenus de se faire la belle dans la plus grande évasion de l'histoire de l'archipel. Cinq ont été abattus mercredi. Les recherches sont rendues compliquées par la nature du terrain autour de la prison de Kidapawan, localité à une cinquantaine de kilomètres à l'ouest de Davao, principale ville de l'île méridionale de Mindanao. "C'est une zone très vaste. Outre les plantations de sucre, de caoutchouc ou de noix de coco, il y a des endroits et des camps tenus par des rebelles dans lesquels nous ne pouvons pas facilement entrer", a déclaré à l'AFP Peter Bongngat, un des responsables de la prison. Une insurrection séparatiste musulmane est à l'oeuvre depuis des décennies dans le sud des Philippines. Certains mouvements se sont récemment réclamés de l'organisation Etat islamique (EI). (Belga)