Harisson Reale a été choisi pour porter le drapeau noir-jaune-rouge sous les projecteurs multicolores qui balayaient la scène du Messcongress de Graz. Celui qui défendra la Belgique en mécatronique - une discipline qui allie électronique, informatique, électricité et mécanique - avec Pierre Schyns, s'est dit honoré et fier d'être le porte-drapeau. "Cela fait cinq ans que je m'entraine pour cette compétition-ci et c'est un aboutissement", a confié l'étudiant de deuxième master à Belga. Harisson Reale se trouvait déjà au Championnat du monde des métiers techniques et technologiques (WorldSkills), qui s'était tenu en 2019 à Kazan, en Russie. "Kazan m'a apporté beaucoup d'expérience professionnellement, techniquement et humainement", a-t-il reconnu. S'il est de retour aux Euroskills, c'est "pour ramener une médaille en mécatronique", a-t-il ajouté. "À la veille des épreuves, je me sens en grande forme et excité de commencer, je décompte les heures. Je sais le travail que j'ai à abattre et je m'en sens capable. Je suis bien dans ma tête, ça ne peut que bien se passer", a-t-il conclu. La première journée des Euroskills a permis aux concurrents de prendre connaissance des lieux, de leur poste de travail et de vérifier que leur matériel est bien arrivé au complet. Elle s'est clôturée avec la cérémonie d'ouverture, ponctuée de discours et de spectacles. Les épreuves débuteront, elles, jeudi et dureront jusque samedi. (Belga)

Harisson Reale a été choisi pour porter le drapeau noir-jaune-rouge sous les projecteurs multicolores qui balayaient la scène du Messcongress de Graz. Celui qui défendra la Belgique en mécatronique - une discipline qui allie électronique, informatique, électricité et mécanique - avec Pierre Schyns, s'est dit honoré et fier d'être le porte-drapeau. "Cela fait cinq ans que je m'entraine pour cette compétition-ci et c'est un aboutissement", a confié l'étudiant de deuxième master à Belga. Harisson Reale se trouvait déjà au Championnat du monde des métiers techniques et technologiques (WorldSkills), qui s'était tenu en 2019 à Kazan, en Russie. "Kazan m'a apporté beaucoup d'expérience professionnellement, techniquement et humainement", a-t-il reconnu. S'il est de retour aux Euroskills, c'est "pour ramener une médaille en mécatronique", a-t-il ajouté. "À la veille des épreuves, je me sens en grande forme et excité de commencer, je décompte les heures. Je sais le travail que j'ai à abattre et je m'en sens capable. Je suis bien dans ma tête, ça ne peut que bien se passer", a-t-il conclu. La première journée des Euroskills a permis aux concurrents de prendre connaissance des lieux, de leur poste de travail et de vérifier que leur matériel est bien arrivé au complet. Elle s'est clôturée avec la cérémonie d'ouverture, ponctuée de discours et de spectacles. Les épreuves débuteront, elles, jeudi et dureront jusque samedi. (Belga)