Balderas, parti fondé par M. Eskinder, a posté sur Facebook une photo de lui et d'un collègue devant la prison dans laquelle ils étaient incarcérés. La libération de M. Eskinder suscite des spéculations sur la prochaine remise en liberté d'autres figures de l'opposition éthiopienne, dont l'ancien magnat des médias Jawar Mohammed, membre du Congrès fédéraliste oromo. Plusieurs responsables de l'opposition éthiopienne avaient été arrêtés en juillet 2020, après une flambée de violences déclenchée par le meurtre le mois précédent d'un très populaire chanteur, Hachalu Hundessa, porte-drapeau de l'ethnie oromo, abattu de plusieurs balles par des inconnus fin juin à Addis Abeba. La libération d'Eskinder Nega intervient alors que l'Éthiopie célèbre le Noël orthodoxe, à l'occasion duquel le Premier ministre Abiy Ahmed a souligné dans un communiqué le besoin de "réconciliation nationale" dans un pays déchiré par 14 mois de conflit armé entre armée fédérale et rebelles dans la région septentrionale du Tigré. (Belga)

Balderas, parti fondé par M. Eskinder, a posté sur Facebook une photo de lui et d'un collègue devant la prison dans laquelle ils étaient incarcérés. La libération de M. Eskinder suscite des spéculations sur la prochaine remise en liberté d'autres figures de l'opposition éthiopienne, dont l'ancien magnat des médias Jawar Mohammed, membre du Congrès fédéraliste oromo. Plusieurs responsables de l'opposition éthiopienne avaient été arrêtés en juillet 2020, après une flambée de violences déclenchée par le meurtre le mois précédent d'un très populaire chanteur, Hachalu Hundessa, porte-drapeau de l'ethnie oromo, abattu de plusieurs balles par des inconnus fin juin à Addis Abeba. La libération d'Eskinder Nega intervient alors que l'Éthiopie célèbre le Noël orthodoxe, à l'occasion duquel le Premier ministre Abiy Ahmed a souligné dans un communiqué le besoin de "réconciliation nationale" dans un pays déchiré par 14 mois de conflit armé entre armée fédérale et rebelles dans la région septentrionale du Tigré. (Belga)