Les manifestants accusaient le gouvernement d'atteintes aux droits de l'homme et de marginalisation de certaines communautés ethniques. Ces protestations se sont déroulées au cours du week-end dans la région d'Amhara (nord-ouest) et dans celle d'Oromia (sud-ouest). Des activistes actifs sur les réseaux sociaux et des témoins ont affirmé que les échauffourées avaient coûté la vie à 25 personnes dans ces deux régions. "Des infrastructures sociales, des hôtels, des banques et des propriétés privées ont été pris pour cibles" à Bahir Dar, a indiqué le porte-parole de la région d'Amhara. (Belga)

Les manifestants accusaient le gouvernement d'atteintes aux droits de l'homme et de marginalisation de certaines communautés ethniques. Ces protestations se sont déroulées au cours du week-end dans la région d'Amhara (nord-ouest) et dans celle d'Oromia (sud-ouest). Des activistes actifs sur les réseaux sociaux et des témoins ont affirmé que les échauffourées avaient coûté la vie à 25 personnes dans ces deux régions. "Des infrastructures sociales, des hôtels, des banques et des propriétés privées ont été pris pour cibles" à Bahir Dar, a indiqué le porte-parole de la région d'Amhara. (Belga)